Culture

Le Festival Voix d'Amériques se fait entendre

Du texte performé, du spoken word, de la parole audacieuse, voilà ce que
propose le Festival Voix d’Amériques, qui en est à sa septième édition cette année.
Pour la plupart d’entre vous, l’idée d’entendre quelqu’un parler sur une scène va évidemment sembler plate, mais vous devez savoir qu’au FVA, on ne donne la parole ni à des clowns ni à des  amateurs.

Et aussi qu’on ne fait pas que «dire», comme l’explique l’auteur et chroniqueur Michel Langevin. «Il n’y a pas beaucoup d’endroits dans le monde où les artistes de différentes disciplines collaborent comme on le fait ici, note-t-il. Le FVA est vraiment un festival de l’expérimentation et de la surprise : on mélange des choses, et le résultat est toujours intéressant.» Habitué du FVA, il participe cette fois-ci au spectacle Salle des pas perdus, un happening pluridisciplinaire qui a été créé l’an dernier à Berlin. 

«Ce qu’on y fait, c’est qu’on mêle les mots au théâtre, à la danse, à la musique… ou plutôt, on monte un spectacle ayant les mots comme structure, comme points de départ.» Michel pilote aussi l’événement Shift de nuit, qui a lieu tous les soirs à la Casa del Popolo. Il s’agit de trois poètes invités, dix minutes chacun, accompagnés par des musiciens.

Cette prestation est suivie d’un micro ouvert où tous disposent de trois minutes. Et ça marche, assure Michel Langevin. «Parce qu’on aime s’exprimer, ici, et puis parce que c’est le spectacle de fin de soirée où tous finissent; la bière y coule à flots, comme les mots!»

Autre bon plan, le  Combat contre la langue de bois, où on s’exprime sans détour, sans poésie et sans gants blancs. La programmation est trop riche pour en faire état ici, allez voir le site internet pour découvrir tous les événements.
Du 1er au 8 février, principalement à la Sala Rossa, 4848, boul. Saint-Laurent, et à la Casa del Popolo, 4873, boul. Saint-Laurent, www.fva.ca

Autres suggestions de sorties:

John Mellencamp
La semaine a bien commencé pour le rocker de l’Indiana : il a appris qu’il sera intronisé au Rock and Roll Hall of Fame au mois de mars. Mais même si, après plus de 30 ans de carrière et 20 albums, le monsieur a mérité sa place au panthéon, il n’est pas prêt à être momifié pour autant! D’ailleurs, il s’évertue depuis 20 ans à pousser sa musique au lieu de se contenter de plaire aux fans, comme le prouve le très beau – et très sombre – Freedom’s Road de 2007.

Avec Tom Cochrane & Red Rider, au Centre Bell, 1260, rue De la Gauchetière Ouest, ce soir à 19 h 30, 55-150 $, mellencamp.com

Nu Ravers on the Block
Les soirées mensuelles des NROTB sont plus qu’une excuse pour porter des kangourous aux petits design rigolos et des accessoires fluo! Edouard Lê, alias Mister Ed, moitié des NROTB, explique : «C’est surtout l’occasion d’entendre des artistes qui sont à l’avant-garde de la scène électro. La plupart n’ont pas encore de disque, certains ne sont même pas connus.» Lui et Mister P ramènent ainsi du monde à Montréal et font de beaux partys depuis un an…

Avec Les Petits pilous, Felix Cartal, Hearts Revolution et DJ Cherry Cola, à la SAT,
1195, boul. Saint-Laurent, samedi à 22 h, 12-16 $, myspace.com/nuraversontheblock

Articles récents du même sujet