Culture

Pour Juste pour rire, le bonheur est dans la rue

Marc-André Lemieux, Métro

Au même titre que les galas thématiques, le volet des Arts de la rue est devenu un incontournable du Festival Juste pour rire.  Au fil du temps, les numéros extérieurs présentés au public ont non seulement gagné en quantité, mais aussi en qualité.

L’édition 2008 de cette fête populaire s’inscrit dans cette tendance, si on se fie à sa programmation, dont les détails ont été révélés hier au cours d’une conférence de presse haute en couleur. Du 10 au 20 juillet, ils seront nombreux, les acrobates, acteurs et musiciens, à prendre d’assaut le Quartier Latin de Montréal!

Le tout promet de se conclure en beauté avec le Grand Charivarir Une folie à l’envers de l’hiver! Conçu par Danielle Roy, ce grand événement poursuit l’aventure entamée l’an dernier lors du 25e anniversaire du Festival.

«C’est un cadeau extra­­­­­ordinaire qu’on donne aux Montréalais, a indiqué André Pérusse, directeur artistique du volet des Arts de la rue. Danielle [Roy] offre un propos très poétique sur les quatre saisons.»

De grands rendez-vous

Les festivités s’ouvriront le 10 juillet avec une parade mettant en scène des artistes qui défileront sur la rue Saint-Denis au rythme des percussions de Samajam.

Parmi les rendez-vous à ne pas manquer, on note TORO, un spectacle de la compagnie Oposito (16 et 17 juillet). Avec cette corrida disjonctée, on nous promet des effets pyrotechniques, des rythmes flamencos et des chevaliers de l’apocalypse.

Les adeptes de danse auront de quoi à se mettre sous la dent durant l’événement Salsafolie (11 juillet), où les sonorités des Caraïbes seront à l’honneur, et au Bal en rouge (12 juillet), une fête présidée par Stefie Shock.

La musique sera également à l’honneur lors d’une soirée Juste pour chanter avec les Porn Flakes et leurs nombreux invités (19 juillet).

De retour

Plusieurs classiques de la rue sont de retour. Parmi ceux-ci, soulignons le Bingo à Mado (14 juillet) qui, cet été, aura les allures d’un garden party.

Le traditionnel Défilé des jumeaux (12 juillet) sera mis en scène par Joël Legendre. Ce dernier se disait ravi de relever un tel défi, soulignant au passage son rapport bien particulier avec ce type d’événement.

«J’ai grandi dans un petit village et, chaque année, ma journée préférée, c’était celle du défilé de la Saint-Jean-Baptiste, a-t-il confié à Métro. J’étais toujours sur le dernier char allégorique, de façon à être vu par tout le monde.»

C’est sous le thème des moyens de transport que les quelque 1 500 participants au Défilé des jumeaux déambuleront dans les rues de Montréal.

De nouvelles Expériences

Après avoir fait un tabac l’an dernier et cet hiver à Montréal en lumière avec ses premières Expé­riences, Christopher Williams con­vie de nouveau le public à entrer dans son univers déjanté.

«Ce que je propose, c’est quelque chose que j’aimerais vivre moi, personnellement», a dit celui qui nous entraînera dans une aventure apocalyptique et, par la suite, à bord du Titanic.

La liste complète des spectacles et événements, telle que présentée par le Festival:

  • La parade d’ouverture, le jeudi 10 juillet à 19 h, met en scène les artistes de la rue qui défilent sur la rue St-Denis au rythme des joyeuses percussions de Samajam.
  • Dans le cadre des Événements Loto-Québec, TORO d »Oposito (16 et 17 juillet), le Grand Événement Loto-Québec entraîne les festivaliers dans un envoûtant défilé aux allures de corrida. Aussi, deux folles soirées Juste pour danser : Salsafolie (11 juillet) et le Bal en rouge avec Stefie Shock (12 juillet). Une soirée Juste pour chanter mémorable avec les Porn Flakes et leurs invités surprise. Le Bingo à Mado qui, cette année, prend la forme d’un extravagant Garden Party. Et bien sûr, le traditionnel et toujours populaire Défilé des Jumeaux (12 juillet) mis en scène par Joël Legendre.
  • Dans La Drôle de Cour Labatt Bleue, Christopher Williams nous invite à vivre ses expériences 4 et 5. Les Bleus de Travail présente Le ring, 20 ans d’amour en 12 rounds, une rencontre du cirque et de la boxe sur fond d’histoire d’amour. Aussi au programme : Les Découvertes Labatt Bleue 2008.
  • Les Z’ARQ présentés par WestJet nous offre une grande première : l’adaptation d’une Å“uvre de Shakespeare présentée dans la rue par des acteurs québécois. Du 10 au 20 juillet, Didier Lucien interprète Caïus, de Fred Teyssier. Aussi à l’affiche de ce programme double de L’Ange à deux têtes, Antium qui invite les festivaliers à visiter une série d’habitacles remplis de découvertes.  

L’animation sur le site…

  • Le Monde de Victor présenté par Vidéotron, qui occupe la Place Pasteur, est le coeur des Arts de la rue. Tous les soirs, Rose et Victor y font leurs spectacles qui se terminent par un grand bal. On y trouve aussi une véritable atmosphère de fête foraine, les tambours de Transe Express et les percussions de Samajam, le plasticien performeur Yorga et les Grosses Têtes de l’humour. C’est là que se prépare le Carnaval : le Grand Charivarir avec une série d’ateliers.
  • La Vitrine catalane, fruit d’un partenariat entre le Festival Juste pour rire et l’Institut Ramon Llull de Catalogne, propose du théâtre de rue avec Les Jumeaux Amieva et Los Galindos ainsi qu’un déambulatoire de la compagnie Sarruga.
  • Les déambulatoires Loto-Québec réservent une série de surprises aux festivaliers qui, au hasard de leur promenade sur le site, rencontrent de drôles d’insectes, d’animaux et de personnages incarnés par les échassiers de Teatro Pavana, Close-Act et Mangs Masker Theatre.
  • Les Buskers Juste pour rire, présentés en collaboration avec le Halifax International Busker Festival, s’inscrivent dans la tradition anglo-saxonne du busking. Après chacune de leurs performances, ils passent le chapeau pour recueillir un cachet bien mérité. Au programme : Victor Rubilar de Suède qui manie le ballon de soccer comme pas un; Aerial Angels, trois remarquables acrobates de cirque; et les spectaculaires Calypso Tumblers, des acrobates qui font un tabac à New-York.
  • Oscar Rodriguez sculpte le sable pour créer une Å“uvre inspirée de l’arche de Noé. Les festivaliers auront la chance de voir l’artiste au travail et d’observer, jour après jour, la sculpture prendre forme !
  • Sans avertissement, des statues s’animent quelques secondes puis reprennent leur pose initiale sous l’Å“il ébahi des passants. Venez apprécier le talent et le réalisme des maîtres de la pose venus d’Espagne.
  • L’Écran des Gags Tim Hortons, sur la rue Emery en face du cinéma Quartier Latin, permettra aux festivaliers d’apprécier la sélection des meilleurs gags Juste pour rire, incluant des moments inédits.
  • Zone Jeunes pour rire Cheerios au miel et aux noix occupe un nouvel espace sur la rue Saint-Denis, à côté du clocher de l’église de l’UQAM. Ateliers de clowns, théâtres de marionnettes, chasses aux trésors et collations animées y attendent les enfants.

Articles récents du même sujet