Culture

99 F: «On n'est plus habitués à ce genre de film»

L’acteur vedette Jean Dujardin et le réalisateur Jan Kounen font la paire pour le long métrage 99 F. Métro s’est entretenu avec les deux hommes au lendemain de la projection du film en France.

Soyons clair, ce film n’est pas du tout une comédie pour toute la famille…

Jan: C’est un film dans lequel on rit beaucoup, mais ce n’est pas une comédie, non. C’est plutôt un rire qui se coince un peu dans les tripes.

Jean: On ne le vend pas comme une comédie familiale, même si on s’en amuse à la fin. Le problème, c’est que la presse n’est plus habituée à voir ce genre de films. Il ne rentre pas dans les cases, et beaucoup se disent : «Il y a Dujardin, Kounen et Beigbeder, ils font un film sur la pub, donc, c’est une comédie grand public.» Mais dans la comédie, il y a plein de variations et plein de degrés différents.

Jan: Sur le tournage, Jean disait que c’était une «dramédie».

Jean: Une «dramédie trash». Une «trashmédie»!
 
Quelle image aviez-vous l’un de l’autre avant de vous rencontrer?

Jean: Je ne connaissais pas Jan, et les rumeurs, disaient : «Jan Kounen, chaman barré». Lorsque j’ai su qu’il voulait me rencontrer, j’étais un peu étonné. Lui, il vient de la vague du cinéma Canal avec Boukhrief et d’autres. Moi, je viens de la télé, Pujadas, 19 h 50, popu…

Jan: Moi, j’avais vu ses films et j’avais l’image de quelqu’un d’accessible et de sympathique, quelqu’un avec qui on peut travailler. J’avais une image inverse de celle qu’il avait de moi.

Jean: Attends, je n’avais pas la rumeur que tu étais casse-couilles ou malade. Juste un peu perché… Mais quand tu ne connais pas, c’est facile de dire ça.

Jean, que penses-tu de Jan acteur (il interprète un patient en hôpital psychiatrique dans le film)?

Jean: Ah, génial! Il a une gueule pour le cinoche. C’est moi qui lui ai proposé de faire Pyjaman. Il intervient à un moment très tendre dans le film.
 
Jan, verrais-tu Jean devenir réalisateur un jour?

Jan: Oui, je pense qu’il peut s’il en a envie. Il a un univers, il comprend bien les acteurs et il aime raconter une histoire. Tu veux faire des films?

Jean: La direction d’acteurs m’intéresse. L’image, je n’en sais rien.
 
Le film se déroule dans les années 1990. La pub, c’est pire aujourd’hui?

Jan: Il aurait pu se dérouler aujourd’hui, même si j’ai l’impression que les gens sont un peu plus conscients des mécanismes de la publicité. Reste que 90 % des écrans de publicité sont d’une bêtise sans nom. Le film décrit un monde «marketé» de manière très froide, qui standardise et nivelle par le bas, qui enlève toute créativité. Ce cauchemar-là, je n’ai pas l’impression qu’il se soit calmé.

Jean: Pareil que lui!
 
Beigbeder, en quelques mots?

Jan: Le personnage d’Octave Parango, dans le film, est très en dessous de la vérité.

Jean: Brillant. Trash.

99 F
En salle dès aujourd’hui
 

Articles récents du même sujet