Culture

Critiques CD de la semaine du 26 au 30 mai 2008

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de David Martel, Madame Moustache, Cyndi Lauper, Ours et la bande sonore de Sex and the City.

 Un bon mélange
 Bande sonore
 Sex and the City (4/5)

Fait d’un heureux mélange de ballades et de chansons plus rythmées, la bande sonore de Sex and the City nous fait passer par toutes sortes d’émotions. On aime bien la chanson titre, Labels or Love, interprétée par Fergie, mais la logique aurait été qu’une artiste de New York la chante… On fait aussi des découvertes comme It’s Amazing de Jem et The Heart of the Matter de India.Arie. On adore la chanson de Jennifer Hudson, All Dessed in Love, et Mercy, de Duffy, qui est ici tout à fait appropriée. Le thème de l’émission, revisité pour le film, est aussi rafraîchissant, quoique la version originale restera toujours gravée dans notre cÅ“ur. 
– Geneviève Vézina-Montplaisir

 Nom à surveiller
 David Martel
 I Hardly Knew Me (4/5)

Dès la première écoute, I Hardly Knew Me enchante. Le premier disque du Montréalais David Martel, coproduit par l’artiste et Dave A. Sturton (Leloup), a tout pour séduire. Sur cet album-fleuve, le jeune auteur-compositeur-interprète jongle parfaitement avec le folk, le rock et le pop. On serait parfois tenté de faire des comparaisons – un Patrick Watson ou un Damien Rice plus vitaminé? – mais on se ravise. L’opus est radicalement du David Martel, un nom à ne pas oublier. À travers cette atmosphère douce et stimulante, Martel propose Yours and Mine, la plus belle chanson de 2008.
– Vincent Fortier

 Countr(i) en titi
 Madame Moustache
 Au nom du countr(i) (3,5/5)

Ce qu’il y a de charmant dans la musique de Madame Moustache, c’est le sourire. C’est certain qu’il faut un préalable : apprécier le country. Même si, ici, s’il est souvent mélangé au rock. Les harmonies vocales sont réussies et craquantes. Si sur son premier CD le groupe ne semble pas se prendre au sérieux, il a bien travaillé. Comme il compte la comédienne Geneviève Néron dans ses rangs, on peut penser qu’on en entendra parler pas mal. Reste que les paroles sont très légères ou carrément nounounes (Deux guits, une bass, un chien qui pue/Je demande pas mieux pour être heureux). Sauf l’excellente reprise de Tex Lecor, Le frigidaire.
– Eric Aussant

 À l’électro
 Cyndi Lauper
 Bring Ya to the Brink (3/5)

Faut être fait fort pour suivre une artiste qui lance un album électro après avoir réenregistré ses grands succès en version acoustique (The Body Acoustic, en 2005)! Tout de même, l’effort mérite d’être souligné. Faut dire que Cyndi Lauper n’a pas arrêté d’enregistrer de nouvelles chansons (et des reprises) depuis Girls Just Wanna Have Fun (1983). La particularité de ce CD, c’est qu’on reconnaît sa griffe dans la composition des chansons – très bonnes, par ailleurs -, mais l’habillage électro-dance (même disco) qu’on dirait piqué à d’autres ne fait pas très original. Fait-elle à sa tête ou veut-elle copier? Chose certaine, la voix est encore là!
– Eric Aussant

 Pas si sûrs…
 Ours
 Mi (2,5/5)

Avec sa voix cassée et ses rythmes sympathiques, Ours offre sur son premier album, Mi, 13 chansons assez intéressantes. Le cafard des fanfares et Comment c’est? sortent définitivement du lot avec des airs plus convaincants que les autres. Toutefois, les chansons du fils d’Alain Souchon manquent un peu de punch, et l’on se prend parfois à souhaiter que ça lève un peu plus. Pour certaines pièces, notre cÅ“ur balance entre l’impression d’écouter du fleur bleue ou simplement une musique légère. Tout de même, on sent que Mi est sûrement la première note d’une gamme qui peut comprendre du bon. 
– Véronique Leduc
Évaluation: 5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet