Culture

Artist of the Year, dans une galaxie près de chez vous

La série électro groove à minuit au Club Soda cartonne. C’est un secret de polichinelle: les fins de soirées du Festival de Jazz se passent sur la Main. Au tour maintenant d’Artist of the Year de faire danser les noctambulles…

Dave vient de se lever. Il est tôt l’après-midi. «On a fait de la musique très tard cette nuit et on a tiré à la courte paille pour savoir qui allait donner l’entrevue», dit-il le plus franchement du monde. Depuis 2001, Artist of the Year existe grâce à cet amour indéfectible pour le jazz-funk des années 1970 et son côté psychédélique.

«On aime jouer sur de vrais instruments et, même si on respecte beaucoup la musique électronique, on ne voulait pas faire un show de lap tops comme on en voit souvent. Alors, on a choisi de faire de l’autodérision en se déguisant tout croche. C’est une sorte d’éloge de la laideur», décrit Dave avec une pointe d’humour.

On ne peut pas dire que le groupe fait du sur-place. Trois disques assez différents. Les excellents Cut Disco et Wreck la discothèque, sont les deux plus récents.

«On est passés du jazz au hip-hop, au côté dansant et aux nouvelles textures sonores. Il y a deux DJ dans le groupe, on écoute beaucoup de musique. Et on veut incorporer tout ça dans la musique d’Artist of the Year».

Artist of the Year
Au Club Soda
Ce soir, à minuit

Articles récents du même sujet