Culture

Jean-Thomas Jobin : Surpasser les attentes

À l’en croire Jean-Thomas Jobin n’a jamais eu d’attentes en ce qui a trait à sa carrière.

De ses débuts dans le métier à ses projets à la télé française (voir encadré), le comique semble toujours adopter une attitude plutôt désinvolte, voire même nonchalante.

«Quand tu te lances dans l’absurde, tu ne peux pas espérer faire courir les foules, soutient le comique. Mais j’avais le goût de partir vers l’inconnu, de prendre des risques. Je savais que c’était un humour risqué, mais c’était ça que j’avais envie d’assumer. Je me suis dit : « On verra bien où tout ça va aboutir. »»

Le succès au rendez-vous

Pour l’instant, le sort semble favoriser Jean-Thomas Jobin.

Depuis sa sortie de l’École nationale de l’humour en 2000, la Révélation de l’année au Gala Les Olivier 2004 a fait sa marque non seulement  à la télé (Le grand blond avec un show sournois, Fun noir), mais aussi sur scène. Son premier one man show, qui arrive en DVD aujourd’hui, a été vu par plus de 60 000 personnes.

Un succès inespéré pour le jeune homme de 32 ans. «Je ne pensais pas qu’autant de gens embarqueraient dans mon délire, indique-t-il. J’ai fini par croire que mon type d’humour n’était pas si hermétique que ça.»

Un petit côté baveux

Mis à part l’absurde, Jean-Thomas Jobin affirme être un grand amateur d’humour baveux et méchant, tel que le pratique Triumph the Insult Comic Dog, qu’on peut voir au Late Night de Conan O’Brien à NBC.

«J’ai un petit faible pour l’étrange, mais plusieurs choses me font rire», dit-il.
Parmi celles-ci, on note les premiers sketches de l’humoriste, dont plusieurs figurent dans la portion matérielle en boni du DVD.

«J’ai encore du fun à les regarder, avoue le principal intéressé. Mais il y en a d’autres qui me donnent envie de crier : « Aark! Je ne veux pas voir ça! »»

Nul besoin de mentionner que Jean-Thomas Jobin n’a pas cru bon de partager ces «trésors» cachés avec le public…

La logique de l’illogisme

C’est d’ailleurs en revisitant les sketches qu’il avait écrits au début de sa carrière que Jean-Thomas Jobin a réussi à noter une évolution dans son type d’humour absurde.

«Avant, j’étais plus dans la nomenclature d’affaires qui n’avaient pas d’allure, précise-t-il. Je faisais juste sortir un truc qui n’avait pas d’allure à un moment inattendu. Aujourd’hui, je sens qu’il y a une logique derrière mon manque de logique.»

Jean-Thomas Jobin
En magasin dès aujourd’hui

Articles récents du même sujet