Culture

Chrystine Brouillet: Le bruit qui tue…

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

C’était le 24 juin, il y a quatre ou cinq ans, de 10 à 3 h du matin. Les voisins de Chrystine Brouillet chantaient en boucle Amène-nous à La Ronde. La musique jouait à tue-tête et l’auteure se sentait prise en otage chez elle.

Même avec des bouchons dans les oreilles et les fenêtres fermées, elle n’était pas capable de se concentrer. Comble du malheur, en ce jour de fête, les policiers n’étaient pas disponibles pour faire respecter l’ordre public…

Un souvenir désagréable pour Chrystine Brouillet, mais surtout un sujet inspirant pour l’auteure, qui signe le huitième roman policier de la série Maud Graham, Silence de Mort.  

«Ce roman est parti d’une grande impatience! s’exclame la romancière. La base de ma réflexion a été: « Comment se fait-il qu’on ne soit pas plus respectueux envers les uns et les autres? » Donc, dans ce nouveau roman, il y a le personnage de Vivien qui tue sa voisine bruyante. Très honnêtement, je le comprends très bien! Je ne dis pas que c’est ça qu’il faut faire, mais c’est tentant!»

En plus de s’attarder sur cette histoire de voisinage, Maud Graham, détective à la police de la Ville de Québec, va devoir élucider plusieurs meurtres en lien avec le trafic de drogues chez les adolescents. Un sujet chaud, tout a fait d’actualité, mais également près de Chrystine Brouillet qui qualifie Silence de Mort de son roman le plus autobiographique.

«J’ai beaucoup de gens autour de moi qui ont des jeunes ados et qui ont ces problèmes-là avec eux, confie l’auteure originaire de Québec. Autour de moi, il y a des parents inquiets et je les comprends, parce que c’est tellement facile aujourd’hui de se procurer tout ce qu’on veut. Moi, je les aime les ados. Comme romancière, ce sont des personnages formidables, parce que tout est possible avec eux. Ils sont dans le ici et le maintenant et ils ne réfléchissent pas aux conséquences de leur acte.»

Une vraie femme

Maud Graham devra, elle aussi, faire comprendre le danger de la drogue à Maxime, le jeune ado dont elle est la tutrice. Et comme toujours, elle devra faire face à une multitude de questionnements intérieurs.

«Dans Silence de Mort, Maud est confrontée à la peur de vieillir, parce que son amoureux est plus jeune qu’elle. Elle se rend compte qu’elle est jalouse et, quand on l’est, c’est qu’on n’a pas confiance en nous, affirme celle qui se décrit comme la copine de son personnage plutôt que comme son alter égo. Quand j’ai inventé Maud Graham, je voulais créer une femme qui nous ressemble, parce que je trouvais que dans les romans policiers il n’y avait que des blondes évaporées, des rousses pulpeuses et des noires méchantes. Si Maud a du succès et plaît aux gens, c’est qu’elle peut exister.»

Chrystine Brouillet est présentement à l’écriture de son prochain roman, qui mettra encore en vedette une enquête de Maud Graham. Elle ne sait toujours pas si Maude Guérin, qui a pris les traits de la célèbre détective dans le film Le Collectionneur, reviendra sur nos écrans.

«Il est régulièrement question de faire une série télé ou un autre film, mais je n’attends pas après ça!» affirme l’écrivaine qui est déjà en train de penser à ses deux ou trois prochains romans.

Silence de Mort
Aux éditions La courte échelle
Présentement en librairie

Articles récents du même sujet