Culture

La relève clôture les Francos

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Les 20es FrancoFolies s’est terminée hier en beauté avec la relève musicale québécoise. Alexandre Désilets, Gatineau, Karkwa et Mala­jube ont offert
20 ans… dans les dents un spectacle de plus de quatre heures qui a ravi les milliers de personnes qui s’étaient rassemblées sous un ciel finalement clément à l’angle des rues Clark et De Montigny. 

C’est Alexandre Désilets qui a ouvert les festivités avec les chansons planantes de
son premier album Escalader l’ivresse.   Tout en voix et totalement habité par ses chansons poétiques et atmosphériques, le jeune artiste n’a pas transporté la foule venue plutôt entendre Karkwa et Malajube, mais a réussi à créer une ambiance aérienne qui aurait peut-être davantage plus tard en soirée.

C’est plutôt Gatineau qui s’est chargé de réveiller la foule avec son hip-hop entraînant, tantôt à saveur reggae, tantôt teintée d’électro. Adeptes du beatbox et d’instruments incongrus, les membres de la formation ont déployé toute l’énergie nécessaire pour faire bouger la foule avec des pièces de leur album éponyme comme Pawnsheup ou les Contes immoraux. De vraies bêtes de scènes!

Karkwa s’est ensuite présenté avec la pénombre et un heureux mélange des pièces des leurs derniers albums Les tremblements s’immobilisent et Le volume du vent.
Le groupe a donné une performance bien ficellée avec un rock à deux mesures, qui a charmé la foule.

Finale attendue
L’attente a été très longue, mais elle en a valu la peine pour Malajube qui a ouvert la dernière partie de la soirée avec une nouvelle chanson de son album à paraître en février 2009, Le Tout-Puissant. Une pièce qui ne laisse présager que du bon pour le quatuor qui, au moment de mettre sous presse, livrait ses plus grands succès. 

Articles récents du même sujet