Culture

Rendez-vous avec Woody

Jennifer lessieur, Métro France

Penélope Cruz s’éclate en ex-épouse hystérique dans son tout premier Woody Allen.

Dans Vicky Cristina Barcelona (en salle dès le 19 septembre), l’actrice espagnole incarne la très menaçante Maria Elena, l’ex-femme du pauvre Juan Antonio Gonzalo (Javier Bardem). Å’il de velours, barbe de trois jours, ce peintre espagnol béni des dieux virevolte entre deux touristes américaines venues passer l’été à Barcelone, la prude Vicky (Patricia Clarkson) et la
libérée Cristina (Scarlett Johansson).

Métro s’est entrenu avec Penélope Cruz.

Comment s’est passée votre rencontre avec Woody Allen?

Mon agent m’avait dit qu’il avait écrit le scénario pour moi, mais je n’ai jamais osé lui demander si c’était vrai – et s’il avait répondu non? [Rires] La première fois que je l’ai rencontré, à New York, ça a duré trois minutes… Il était charmant. Il avait vu Volver et m’a parlé de ce scénario. Quand il m’a rappelée, le mois suivant, j’étais à Paris, et j’ai téléphoné à tout le monde pendant la nuit pour le raconter! Notre rencontre suivante s’est faite devant la caméra.

Que représente-t-il à vos yeux et comment vous a-t-il dirigée?

Il arrive à traiter des idées profondes comme elles ne l’ont jamais été auparavant. L’humour, l’ironie, cette liberté d’aller où il veut… Avec mes amis, on parlait de ses films pendant des heures, surtout Decons­truc­ting Harry. Travailler avec lui était mieux qu’un rêve. On m’avait raconté qu’il ne faisait jamais que deux prises… Il est rapide, c’est vrai, mais quand je demandais un peu plus de temps, il était très patient avec moi.

Articles récents du même sujet