Culture
11:12 29 juin 2018 | mise à jour le: 8 juillet 2018 à 09:58 Temps de lecture: 5 minutes

Cette semaine Métro craque pour Grace Jones, The Carter Effect, Dirt Cannon, Grand Montréal comédie fest…

Cette semaine Métro craque pour Grace Jones, The Carter Effect, Dirt Cannon, Grand Montréal comédie fest…
Photo: Collaboration spéciale

Cette semaine, Métro craque pour Grace Jones, The Carter Effect, Dirt Cannon, Grand Montréal comédie fest, L’abeille à miel, le magazine Atmosphère et les conférenciers du Festival mode et design.

1. La vie en Grace Jones
Pendant 10 ans, la réalisatrice Sophie Fiennes (la sœur de Ralph et Joseph) a posé sa caméra sur un personnage plus grand que nature : Grace Jones. Chanteuse, actrice, mannequin au physique sculptural, muse d’Andy Warhol et du photographe Jean-Paul Goude, Jones est devenue dans les années 1970 et 1980 une icône de 
la culture populaire. À presque 
70 ans (on lui en donnerait 30 de moins!), Jones continue de rouler sa bosse, notamment en donnant des concerts enflammés (très bien filmés par Fiennes d’ailleurs). Si le documentaire comporte certaines longueurs, 
il a toutefois le mérite de redonner 
à cette artiste unique, maintenant 
un peu oubliée, ses lettres de noblesse. Il est également fascinant d’observer cette diva dans l’intimité, que ce soit lorsqu’elle renoue avec 
sa famille en Jamaïque ou qu’elle 
pète solidement une coche dans 
un hôtel parisien.
 – Benoit Valois-Nadeau

2. The Carter Effect
Pour rester dans la thématique «Raptors» – paraît qu’un nouveau Jurassic est sorti –, The Carter Effect comblera votre appétit. Le docu revient sur les années de Vince Carter en Ontario, qui coïncident avec les débuts de la franchise NBA. Les fans du ballon orange revivront ses concours de dunks mémorables et la controverse entourant sa participation à sa collation des grades le jour d’un match no 7, les moins assidus mesureront comment la Ville Reine a été transformée, aussi bien sportivement que dans la culture pop – Drake est un des interviewés – et dans 
le nightlife. Maintenant 
sur Netflix. – Baptiste Barbe

3. Dirt Cannon
Envie de musique qui «déménage» pour le long week-end du 1er juillet? Le groupe montréalais Dirt Cannon a lancé la semaine dernière un mini-album autoproduit intitulé What Eats You, son troisième opus en tout. Le son est un savant mélange de rock et de punk hardcore. Les riffs sont efficaces, puissants et assez accrocheurs malgré tout. Les guitares sont étonnamment mélodiques et la voix, qui alterne entre paroles chantées et hurlées, est bien balancée. Fait cocasse, le chanteur de Dirt Cannon m’a enseigné au secondaire. Rock on, M. Bédard! – Philippe Lemelin

4. Le Grand Montréal comédie fest
Né spontanément à la suite des révélations d’abus sexuels contre l’ancien patron de Juste pour rire, Gilbert Rozon, le nouveau festival d’humour Grand Montréal comédie fest débute ce dimanche. Le pari qu’ont fait Martin Petit et ses comparses était audacieux, car organiser un festival en un peu moins d’un an est un défi immense. Les festivités commencent de façon tout aussi folle avec le spectacle d’ouverture, 100 humoristes en 100 minutes, dimanche à L’Olympia. Pas besoin d’être fort en maths pour constater l’ampleur du défi! Le festival se déroule jusqu’au 15 juillet. 
– Philippe Lemelin

5. L’abeille à miel
La poésie de Kirsten Hall et les illustrations d’Isabelle Arsenault ont un objectif bien précis : sensibiliser les enfants (et les plus grands) à l’importance des abeilles. Cet album coloré aborde ainsi un «enjeu environnemental majeur», dixit les auteures, avec simplicité et sensibilité. En plus, c’est de saison! Aux éditons La Pastèque. – Jessica Dostie

6. Le magazine Atmosphère
Les magazines gratuits placés dans la petite pochette en face de vous dans l’avion ont la réputation d’être peu intéressants (allô les brochures présentant des sandwichs au jambon et des produits hors taxes!). Mais le magazine Atmosphère d’Air Transat change complètement la donne. On y trouve des reportages bilingues fouillés (sur les destinations desservies par Transat, évidemment), de jolies photos, des entrevues avec les gens du milieu et même des guides touristiques en format de poche détachables. L’édition du mois de mai à octobre propose une tournée des meilleurs bars à Dublin, des idées de magasinage de souvenirs en Provence, des trajets de road trips au Canada et même un guide étape par étape pour construire un château de sable. – Virginie Landry

7. Les conférenciers du Festival mode et design
Le Festival mode et design, qui commence le 20 août, a annoncé cette semaine les noms des conférenciers qui prendront part à la série de conférences FMD Rencontres. Outre le nez de Dior, le parfumeur François Demachy, et la Montréalaise d’origine Caroline Issa, qui a fait sa marque aux États-Unis et en Angleterre avec les magazines TANK et Because, notons la présence de Robert Lepage. L’auteur, acteur, réalisateur et metteur en scène parlera notamment de son travail scénographique, lui qui accorde une grande importance aux décors et aux costumes. Une belle façon de rappeler les liens entre mode, design et culture. Billets et 
programmation : www.festivalmodedesign.com. 
– Jessica Dostie

Et on se désole pour…

Sicario: Day 
of the Soldado
Alors que le Sicario de Denis Villeneuve parvenait à traiter d’un sujet dur tout en restant intelligent et captivant, Day of the Soldado, sa suite, se contente d’être ultra-violent et racoleur, recyclant sans grande imagination l’esthétique créée par le réalisateur québécois. C’est avec scepticisme qu’on regarde Josh Brolin et Benicio Del Toro multiplier les fusillades sordides afin de déstabiliser presque à eux seuls l’ensemble des cartels mexicains. Pour le réalisme et la subtilité, on repassera. Le film de Stefano Sollima a tout de même une qualité : il nous donne envie de revoir l’original de notre cher Denis. – Benoit Valois-Nadeau

Articles similaires