Culture

Critiques CD de la semaine du 18 au 22 janvier 2010

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Corinne Bailey Rae, Surfer Blood, Priscilla Renea, Celtic Woman & S.I.N.I.K.

En toute intimité
Corinne Bailey Rae
The Sea (
3,5/5)

La présence du défunt mari de Corinne Bailey Rae est palpable sur ce deuxième opus. La chanteuse a perdu son amoureux en 2008 et cela transparaît dans les textes des 11 pièces de The Sea. La nouvelle offrande de la Britannique n’est toutefois pas sombre d’un bout à l’autre, proposant quelques beaux moments lumineux. La jeune femme explore diverses avenues musicales, flirtrant davantage avec le folk et le jazz qu’avec la soul. On ne retrouve pas de titres pop comme Put Your Records On, un succès de son premier CD, Corinne semblant vouloir privilégier une approche intimiste. Beau et touchant.
– Geneviève Vézina-Montplaisir

Nouvelle vague
Surfer Blood
Astro Coast (3,5/5)

Les cinq gars du groupe Surfer Blood arrivent de Floride avec un premier album, Astro Coast, qui se trouvera sur nos tablettes ce mardi. Et quand on se fait comparer à Weezer, Vampire Weekend ou même Arcade Fire, c’est que le buzz est plutôt bon sur le web. Ajoutons à cela des influen­ces de The Cure. Le résultat : un mélange de rock juste assez cru et de lignes mélodiques qui accrochent, avec une voix souvent vaporeuse qui se mêle à la perfection aux instruments. On n’a droit qu’à 10 pièces, mais à des pièces originales dont la profondeur nous est révélée à chaque écoute.    
– Christian Duperron

Pâle imitation
Priscilla Renea
Jukebox (3/5)

Dès les premières notes de Jukebox, on ne peut pas ne pas faire le rapprochement entre la voix de Rihanna et celle de Priscilla Renea. La jeune femme, découverte grâce à ses vidéos postés sur You Tube, emprunte les mêmes intonations vocales que la Bar­badienne sur son premier effort. Le tout agace, surtout parce que la chanteuse originaire de la Floride n’a pas le même aplomb que Rihanna. Du haut de ses 20 ans, Priscilla propose tout de même une bonne pop vitaminée teintée de R’n’B, mais celle-ci plaira principalement aux jeunes filles. Trop rose-
bonbon pour nous!
– Geneviève Vézina-Montplaisir

Grosse machine
Celtic Woman
Songs from the Heart (2/5)

Quatrième CD de ce groupe féminin formé en 2004 par le réalisateur et arrangeur David Downes. Ce disque reprend la même recette que les précédents : des chansons traditionnelles irlandaises et des chansons pop adulte (You’ll be in My Heart de Phil Collins et Fields of Gold de Sting, notamment) repris dans le style de ce qu’on pouvait entendre dans Riverdance ou Lord of the Dance. Même si les dames chantent bien – quoique sans personnalité propre – et qu’on n’a pas lésiné sur le nombre de musiciens, difficile de ne pas comparer «l’Å“uvre» à une grosse machine… En magasin mardi.   
– Éric Aussant

Mauvaise graine
S.I.N.I.K.
Ballon d’or (1/5)

Provocateur, poseur, arrogant, vulgaire, portant un gros diamant à l’oreille et un t-shirt où est imprimé un revolver, S.I.N.I.K. représente tous les clichés du rappeur. Ballon d’or est le 4e opus de cet artiste français et risque aussi d’être son dernier, car la star se consacrerait plutôt à la réalisation de CD. Et c’est tant mieux, car Ballon d’or n’impressionne guère. Certains arrangements rappel­lent les petites voix agressantes et aiguës des rongeurs du film Alvin et les Chipmunks (Mauvaise graine), et son charabia de rappeur est difficilement déchiffrable pour le commun des mortels.           
–  Rachelle McDuff


Évaluation:
5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet