Culture
10:46 11 mars 2021 | mise à jour le: 11 mars 2021 à 10:49 temps de lecture: 5 minutes

Longtemps tenues à l’écart des Grammy Awards, les rockeuses contre-attaquent

Longtemps tenues à l’écart des Grammy Awards, les rockeuses contre-attaquent
Photo: Rich Polk/Getty Images for ESSENCEBrittany Howard est nommée cinq fois aux 63e Grammy Awards qui se tiendront le 14 mars.

Pendant trop longtemps, les Grammy Awards dans la catégorie rock ont été synonymes de testostérone, mais cette année les femmes ont réussi à faire entendre leur voix, et ont confisqué le micro.

Pour la première fois depuis la création de la catégorie «meilleure performance rock» en 2012, les femmes – ou des groupes menés par des femmes – monopolisent toutes les nominations: Fiona Apple, Phoebe Bridgers, le groupe formé par les trois soeurs Haim, Brittany Howard, Grace Potter, et Big Thief, emmené par la virtuose Adrianne Lenker.

C’est la meilleure des réponses qu’elles pouvaient opposer aux déclarations de Neil Portnow, ancien directeur de l’Académie des arts et des sciences de l’enregistrement qui décerne les Grammy. Il avait affirmé que les femmes devaient «passer à la vitesse supérieure», pour tenter de justifier que peu d’entre elles avaient obtenu des récompenses lors de l’édition 2018…

Pas de hasard: cette année, Lenker, Apple, Howard, et Bridgers sont aussi toutes en lice pour le Grammy Award de la «meilleure chanson rock» et les trois dernières ont également une nomination pour le meilleur album alternatif. Grace Potter est de son côté candidate au meilleur album rock.
Les femmes sont au coeur du rock depuis ses débuts, à l’instar de l’incroyable pionnière du blues Big Mama Thornton qui fut la première à enregistrer Hound Dog, un tube pourtant aujourd’hui associé à Elvis Presley.

C’est que vers le milieu du 20ème siècle, ce genre musical «a été assez rapidement noyauté par les hommes», explique à l’AFP Evelyn McDonnell, chercheuse spécialisée dans la pop culture, la musique, et le genre.

«Vous pouviez vraiment voir cette division ainsi, les garçons avec les guitares faisaient du rock alors que les filles avec leurs permanentes c’était la Motown ou de la pop», poursuit cette professeure à l’université Loyola Marymount.

«C’est toute cette façon de faire sexiste par laquelle le rock se définit comme des hommes blancs avec des guitares», dit-elle.

Country et rap aussi

Les femmes n’ont jamais cessé de marquer le rock de leur influence, à l’image de Patti Smith, Kim Gordon (Sonic Youth), Stevie Nicks (Fleetwood Mac), Debbie Harry (Blondie), ou Courtney Love (Hole).
Pourtant, les récompenses rock aux Grammy Awards ont souvent opéré une distinction entre hommes et femmes, la Recording Academy ne fusionnant les deux catégories qu’occasionnellement en invoquant certaines années un nombre insuffisant de vedettes féminines.

Il aura fallu attendre 2012 pour que les Grammy du rock, de la pop, du R&B et de la country soient attribués sans distinction de genre.

Depuis lors, seule une femme l’a emporté dans la catégorie de la meilleure performance rock: Brittany Howard, primée alors en tant que meneuse du groupe Alabama Shakes.

L’Académie des Grammy a souvent été accusée de privilégier les artistes blancs et masculins au détriment de tous les autres et a semblé tarder à prendre conscience du problème.

Les choses sont en train de changer et pas seulement dans le rock: les femmes sont aussi montées en puissance dans la country, courant musical traditionnellement conservateur et viril.

Cette année, quatre femmes sont en compétition pour le Grammy du meilleur album country, aux côtés d’un groupe mixte.

Quant au rap, très longtemps dominé par une mentalité machiste, il a lui aussi été pris d’assaut par des femmes. Cardi B a remporté le prix du meilleur album rap en 2019, et Megan Thee Stallion, possible «révélation de l’année» aux Grammy dimanche, «ne laisse pas beaucoup d’oxygène aux gars», estime Evelyn McDonnell.

Publiée seulement quelques jours avant la soirée des Grammy Awards, qui sera essentiellement virtuelle cette année à cause de la pandémie, une étude d’une université californienne montre que la place des femmes dans l’industrie musicale peine à évoluer.

Les artistes féminines représentaient environ 20% des titres classés dans le palmarès Billboard en 2020, selon le think tank Annenberg Inclusion Initiative de l’université USC.

L’étude a également analysé les artistes sélectionnés aux Grammy entre 2013 et 2021: seules 13,4% en moyenne étaient des femmes, bien que cette proportion ait nettement progressé cette année.
L’Académie a annoncé récemment lancer une étude semblable dans le but d’améliorer la représentation des femmes.

«J’espère qu’il s’agit d’un vrai changement de mentalité, et pas seulement une parenthèse furtive liée à de la discrimination positive», lance Mme McDonnell, pour qui le changement ne s’est que trop fait attendre.

Articles similaires