Culture
08:40 25 août 2015 | mise à jour le: 25 août 2015 à 08:40 Temps de lecture: 3 minutes

Les pires chauffards québécois pognent le clos

Les pires chauffards québécois pognent le clos
Photo: Z TéléLes pires chauffards québécois

Ouf !

C’est essentiellement mon impression à la suite d’un premier visionnement de la nouveauté Les pires chauffards québécois, sur la chaîne Z Télé.

Je sais qu’il s’agit d’un concept adapté, et très populaire. Le Québec n’invente rien avec cette méritocratie inversée soulignant au crayon-feutre la bêtise et l’inconscience des conducteurs impliqués. Sauf que même en piquant l’idée à d’autres, elle n’en demeure pas moins navrante et inquiétante pour notre société.

Richard Turcotte fait un travail honnête à l’animation de ce désastre, vraiment, il a hérité d’une patate chaude et il se débrouille très bien. Le hic, c’est que pour bien faire son travail il doit jouer sur la ligne entre le mépris et la compassion avec les participants et, ça se voit à l’écran, la position semble très inconfortable. On parle ici d’une émission où un animateur doit souligner à un concurrent qu’il est extrêmement déçu de sa façon de faire avant que ledit concurrent réalise qu’il est dans le tort.

Il y a un problème.

Bien au-delà du danger que représentent ces individus sur nos routes, l’émission dévoile un problème que l’on ne soupçonnait pas : la SAAQ donne peut-être trop de permis de conduire afin de remplir ses coffres.

Un jeune conducteur de 18 ans incapable de respecter les règles de base du Code de la route ne devrait pas avoir un permis dans ses poches, c’est inconcevable. Pourtant, l’émission en a déniché un et parions qu’il y en a plusieurs autres.

Idem pour les conducteurs avec une attention dissipée et un stress dangereusement élevé.

Conduire est un privilège, pas un droit acquis. La SAAQ est là pour nous protéger, pas seulement pour imprimer des permis de conduire. Huit participants isolés pour une émission de télé ne sont pas inquiétants, sauf qu’ils n’existent pas dans une bulle étanche. Ils sont le symptôme d’un problème plus grand.

On ne peut pas accuser l’émission d’être mensongère dans ses intentions cependant, tout est honnête et on nous présente vraiment des mauvais conducteurs. Sauf qu’on en fait aussi l’apologie, d’une certaine façon, en les laissant détruire une Mustang et se filmer en train de commettre de multiples infractions sur la route.

Ce n’est pas une réprimande molle d’un policier à la retraite qui réhabilitera ces délinquants du bitume.

Je suis déçu de cette première nouveauté de la chaîne Z cet automne. J’aime beaucoup leur audace et la programmation variée, mais ici, on parle d’un faux pas, d’une certaine paresse de calquer un concept sans lui offrir une touche plus humaine. On pourrait mettre moins en lumière les travers d’une portion de la population.

J’ai déjà fait le même reproche à Un souper presque parfait et je le pense encore : on peut éviter d’avoir des émissions qui se dessinent comme un grand dîner de cons. Suffit d’avoir une volonté claire de ne pas monnayer le ridicule.

Les pires chauffards québécois, après cette première, font fausse route.

Articles similaires