Débats
10:00 13 juin 2021 | mise à jour le: 11 juin 2021 à 14:55 Temps de lecture: 3 minutes

COVID ou le festival de l’amateurisme

COVID ou le festival de l’amateurisme
Photo: Archives

À observer la gestion de la pandémie : il y a de quoi sombrer dans une profonde déprime.

Petit florilège d’absurdités :

Quand on se refuse à lever les brevets sur les vaccins contre le Covid-19, ce qui pourrait potentiellement sauver de nombreuses vies humaines. Et ce, alors que le développement des vaccins découle notamment de l’investissement d’argent public – plusieurs dizaines de milliards seulement aux États-unis.

Quand il prend une éternité avant qu’on reconnaisse que le SARS-CoV-2 se propage principalement dans l’air (aérosol) et non par gouttelettes, alors que des spécialistes l’avait mentionné très tôt. Et que les efforts sont donc principalement à mettre au niveau des masques efficaces, de même que dans la ventilation et la filtration de l’air des espaces clos.

Quand on constate à quel point notre système de santé est sclérosé par le privé et les réformes technocrates et abrutissantes. Et même avec la pandémie, il n’y a aucun signe d’un changement de paradigme sous la CAQ.

Quand le Québec est incapable de dépister, tracer et soigner convenablement.

Quand le gouvernement fédéral nous invite à installer une application sur notre téléphone intelligent, en prenant soin de nous de préciser que c’est totalement anonyme, et qui se révèle finalement récolter des données sensibles sur notre personne.

Quand on tarde à contrôler sanitairement les frontières et les aéroports. Puis, qu’on est difficilement capable de réquisitionner des hôtels pour des quarantaines.

Quand on peine à mettre à profit les entreprises et le savoir faire québécois dans la conception de masques et autre matériel pertinent.

Quand la censure et les tabous parasitent l’espace public sur des sujets importants. Comment on traite notamment la Suède et les interrogations face aux nouveaux vaccins. Avec une telle négation de la pluralité des discours. Et une propension à catégoriser l’Autre en terme disgracieux et stigmatisants. Ce qui participe à une polarisation et à des segmentations dans la population.

Quand l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) n’a pas alerté ses partenaires, dès le 30 décembre 2019, d’une éclosion de pneumonie à Wuhan.

Quand, concernant la recherche de l’origine du virus, une hypothèse telle que la fuite accidentelle d’un labo de Wuhan a été taxée de complotiste pendant près d’un an et demi. Alors que l’hypothèse mérite qu’on s’y attarde sérieusement.

Quand, à cause de tensions entre les deux pays, la Chine a bloqué l’envoi au Canada d’un vaccin potentiel contre le Covid-19.

Quand ce qui advient en Inde ou au Brésil ne nous ébranle que trop peu. Alors que le fait que les variants émergent particulièrement des populations peu soignées et vaccinées viendra inévitablement frapper les pays « riches ». Ces derniers qui ont gardé leurs vaccins pour eux seuls.

Quand M. Legault grince presque les dents lorsque Dr. Arruda répond par lui-même à une question.

Quand les mesures du gouvernement provincial ont davantage une teneur politique que sanitaire. Et que l’état d’urgence est utilisé à toute les sauces pour imposer ses vues et faire taire l’opposition. Quand des gens se disant spécialiste nous invite à porter 2 masques…Quelle impressionnante démonstration d’amateurisme, que d’égos en roue libre, par ceux qui prétendent nous gouverner. Qui a hâte à la prochaine pandémie?

Étienne Boudou-Laforce

Articles similaires

10:00 19 juillet 2021 | mise à jour le: 16 juillet 2021 à 10:41 Temps de lecture: 2 minutes
Test de civilisation