Débats

Pénurie de main d’œuvre: les femmes font partie de la solution !

Photo: serts/iStock
Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail et d'autres - Collaboration spéciale

À tous les employeurs du Québec, 

La pandémie de COVID-19 n’aura pas aggravé que la pénurie de main-d’œuvre, laquelle ne date pas d’hier; elle aura surtout affecté les femmes plus durement que les hommes, et creusé davantage le fossé des inégalités. Cela est encore plus criant pour les femmes qui sont marginalisées ou situées au croisement entre différentes oppressions, et pour celles qui occupent un emploi précaire, non syndiqué, à temps partiel ou à faible salaire. Ces milliers de travailleuses demeurent un angle mort du plan de relance économique au Québec. 

La pénurie de main-d’œuvre a pris de telles proportions qu’on parle désormais de crise. On note même un déséquilibre dans plusieurs secteurs d’avenir, par exemple les technologies de l’information, la métallurgie et les transports, avec la suppression et la fusion des postes, majoritairement masculins, demeurés vacants trop longtemps. 

Devant l’urgence de la situation, il y a lieu de s’interroger – qu’attend-on pour renforcer et assurer la place des femmes sur l’échiquier économique du Québec ? Notre gouvernement a certes mis en place des mesures intéressantes; mais celles-ci demeureront largement insuffisantes tant et aussi longtemps que les employeurs n’adapteront pas leurs pratiques aux réalités et aux priorités des travailleuses. 

Par ailleurs, plusieurs acteurs clés, incluant le Conseil du patronat du Québec, ont avancé des pistes de solution que nous accueillons favorablement, mais qui ne tiennent pas compte des besoins spécifiques des travailleuses. Bon nombre d’entre elles sont confrontées à des obstacles persistants qui démontrent une discrimination systémique envers les femmes. L’iniquité salariale, l’absence de mesures de conciliation famille-travail et le harcèlement, entre autres, en rebutent plus d’une ou nuisent à leur intégration ou leur maintien en emploi. 

Les entreprises qui ont les meilleures chances d’échapper aux conséquences coûteuses de la pénurie de main-d’œuvre sont celles qui offriront aux travailleuses des conditions gagnantes, adaptées à leurs besoins. Cela impose nécessairement un changement de culture et de pratiques, particulièrement dans les secteurs d’emploi majoritairement masculins. 

Les femmes font partie de la solution à la pénurie de main-d’œuvre dans tous les secteurs de relance et d’avenir, et nous demandons au gouvernement et aux employeurs du Québec d’en tenir compte dès maintenant. 

Signataires : 

Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail, appuyé par le Groupe des 13, une coalition de 21 groupes, regroupements et tables de groupes de femmes œuvrant à l’échelle provinciale et régionale à la défense des droits des femmes, ainsi que par : 

Accès-Travail-Femmes 

Centrale des syndicats démocratiques du Québec 

Centrale des syndicats du Québec 

Centre d’intégration au marché de l’emploi 

Centre d’intégration professionnelle de Lanaudière 

Comité condition féminine Baie-James 

Confédération des syndicats nationaux 

Connexion Emploi ressources femmes 

De soi à l’emploi 

Dimension Travail 

Le Pont – Centre d’emploi pour femmes 

Option Femmes 

Options sans limite 

Partance, centre d’emploi pour femmes 

Perspectives nouvelles et La C.L.E.F. 

Quartier de l’emploi, COFFRE et Droit à l’emploi 

Regroupement Naissances Respectées 

Services intégrés pour l’Emploi

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet