Conseils et stratégies d’affaires
10:00 1 juillet 2021 | mise à jour le: 30 juin 2021 à 14:15 Temps de lecture: 3 minutes

Ne vous prenez pas pour Atlas

Ne vous prenez pas pour Atlas
Photo: Métro

Vous vous rappelez Atlas ? Dans la mythologie grecque, suite à la guerre entre les dieux et les titans, ce titan avait été condamné, pour le reste de l’éternité, à porter la voûte céleste sur ses épaules.

Vous me direz que tout ça, c’est de la mythologie mais il y a tellement de gens qui se prennent pour Atlas chaque jour. Comment les reconnaît-on ? Ils se sentent complètement responsables pour les sentiments. Ils aiment que tous soient heureux et bien, peu importe la situation.

Alors, quand ça ne va pas pour quelqu’un, ils se sentent coupables. Ils se disent qu’ils auraient ou aider les autres et faire en sorte que ça se passe mieux pour eux et que, dorénavant, ils en feront plus pour protéger leur mieux-être.

C’est illusoire de penser ainsi. Vous n’êtes pas Atlas. Vous n’avez pas à vous sentir responsable du bonheur de chacun.

Si vous vous reconnaissez, sachez que vous devez apprendre à faire une grande différence entre la bienveillance et la responsabilité totale.

Si vous êtes bienveillant, c’est tout à votre honneur. Vous vous préoccupez du sort des autres et, quand c’est possible, vous les aidez par vos gestes ou par vos conseils. Cependant, vous n’oubliez pas que chacun reste responsable de ses décisions et des actions qu’il pose. Vous êtes là pour prendre soin d’eux mais c’est eux qui restent à la barre de leur vie, tout comme vous restez à la barre de la vôtre.

Si vous vous sentez responsable de tous, vous n’avez pas compris que vous ne pouvez pas contrôler tout ce qui se passe dans le monde et surtout pas les décisions que chacun prend au quotidien. Vous n’avez donc pas à vous frapper la poitrine en disant mea culpa chaque fois que quelqu’un connaît une difficulté. Quand ça se produit, libre à vous de faire preuve de bienveillance en demandant ce que vous pouvez faire pour aider. Mais enlevez-vous de l’idée que vous auriez pu tout prévenir. Quand vous le faites, vous vous prenez pour Atlas et vous vous imposez un fardeau que vos épaules ne pourront pas supporter.

La règle est simple : concentrez-vous sur ce qui est dans votre sphère de contrôle. Vous n’avez pas à vous flageller si le pique-nique d’une amie a été gâché par un orage soudain. Ce sont des choses qui arrivent et vous n’avez pas de contrôle sur la température. C’est la

même chose si un ami perd une fortune parce qu’il a payé trop cher pour une maison et que son hypothèque est dorénavant plus élevée que la valeur de l’immeuble.

Chacun reste responsable de ses actes. Vous pouvez seulement aider les gens à traverser les orages quand ils se présentent.

Articles similaires