Inspiration
06:16 31 janvier 2019 | mise à jour le: 5 février 2019 à 14:24 temps de lecture: 5 minutes

Eve Salvail continue à faire sa marque

Eve Salvail continue à faire sa marque
Pascal Labelle et Eve Salvail

De retour à Montréal après une vingtaine d’années à défiler partout dans le monde pour les plus grands designers, la mannequin et DJ Eve Salvail a fait équipe avec le créateur de manteaux de luxe Pascal Labelle. Résultat? Une collection de vestes de cuir à son image, inspirée de l’iconique dragon qu’elle s’est fait tatouer sur le crâne. Métro a rencontré le duo dans l’atelier boutique de la griffe, sur la rue Chabanel.

C’est d’abord l’histoire d’une rencontre professionnelle…
Pascal Labelle: Au début, je voulais lui offrir d’ouvrir et de fermer mes défilés. Qu’elle ait accepté immédiatement a été un gros edge dans ma vie. Tout a commencé comme ça, puis, il y a un an ou deux, elle m’a approché avec son idée [de veste à capuchon].
Eve Salvail: Ça fait longtemps que j’ai tout le temps froid au coco [Eve Salvail arbore le crâne rasé depuis les années 1990]. Je mets des hoodies, mais tout est toujours trop sport, trop casual pour que je puisse les porter sur les tapis rouges. J’ai donc eu envie de créer un hoodie plus chic avec mon dessin de tatouage sur le capuchon. J’étais assez occupée à cette époque alors c’est resté dans ma poche arrière un petit bout de temps, puis, un jour, j’ai rencontré Pascal Labelle et tout s’est mis en place. L’idée d’utiliser le cuir amène un certain luxe et un côté durabilité qui me rejoignent. Tu peux le mettre pendant 10 ou 20 ans et il devient juste plus beau avec les années.

Eve, vous avez travaillé avec de nombreux designers internationaux. En quoi ce projet particulier se distingue-t-il?
E. S.: C’est la première fois que je participe au design. C’est sûr que j’ai beaucoup, beaucoup travaillé avec Jean Paul [Gaultier] pendant plusieurs années, et il lui est souvent arrivé de me demander mon avis. Mais la plupart du temps, pour les mannequins, c’est «sois belle et tais-toi». On est là pour inspirer, peut-être, pas nécessairement pour créer.
P. L.: C’est important pour moi que les pièces lui ressemblent. Moi, je vais apporter le côté technique à la chose, mais l’idée, le style et le mindset viennent d’Eve. On a développé la ligne dans ce sens-là. Je ne suis pas là pour imposer mes goûts. Je l’ai aidée à concrétiser sa vision.

Comment s’est déroulé le processus créatif?
P. L.: Ça nous a pris de six mois à un an. On a créé le patron du modèle Eve the Origin à partir d’un vieux hoodie qu’elle adorait et avait porté pendant des années. Ensuite, comme Eve avait gardé les sketchs d’origine de son tatouage [réalisé à Tokyo au début des années 1990], j’ai vraiment pu partir de là pour les dimensions du dragon [qui orne le capuchon]. Au final, ce sont deux dragons coupés au laser et appliqués un sur l’autre au même positionnement que son tatouage. On n’a rien laissé au hasard; on a pris le temps de le faire.
E. S.: On a refined et refait le capuchon quatre ou cinq fois. Je voulais que ça tombe bien avec un style un peu gothique, pas trop serré.

Qu’est-ce qui s’en vient pour la griffe?
P. L.: On a des shorts qui s’en viennent au printemps. C’est du Eve Salvail tout craché : je la vois déjà avec ses shorts de cuir, ses combats aux pieds et son hoodie! Pour le reste, je voudrais faire connaître encore plus la marque. J’ai commencé dans le sous-sol chez mes parents en rêvant d’avoir mon propre atelier, puis d’en vivre et de faire des fashion weeks… Je n’aurais jamais pensé qu’on finirait par créer des pièces pour des artistes comme Eric Lapointe, Josh Mario John, Post Malone ou Zombie Boy! On verra ce que l’avenir nous réserve.

Eve the Origin

Le modèle Eve the Origin, le premier que le duo a créé ensemble, est confectionné à la main sur mesure à Montréal dans l’atelier de Pascal Labelle. «Je pense que la tendance du fast fashion est en train de s’effacer et que le durable est en train de revenir, estime le designer. On n’a pas considéré un instant d’aller fabriquer en Asie pour arriver avec des prix plus bas pour le marché de masse. Ce n’est pas du tout notre idéologie.» Trois autres manteaux se sont ajoutés à la collection Salvail par Pascal Labelle: une version masculine, Adam the Origin, une veste de cuir doublée et un modèle plus couture avec dentelle et quincaillerie dorée.

Toutes les vestes de la collection Salvail par Pascal Labelle sont fabriquées sur mesure. À partir de 2450$.

Articles similaires