Inspiration

Le renouveau suédois

Kenya Hunt - Métro Luxembourg

La saison des Semaines de mode approche à grands pas. Et avec la tenue prochaine – à la mi-février – de la Semaine de mode de Stockholm, impossible d’ignorer l’influence grandissante de la cité nordique sur le monde de la mode. Rencontre avec des talents émergents de Suède qui redéfinissent le style scandinave. 

Le duo de designers formé d’Astrid Olsson et de Lee Cotter arrivent à marier des idées qui ont l’air, en apparence, contradictoire. Leur griffe, Fifth Avenue Shoe Repair, est à la fois complexe et pleine de défis, accessible et simple. Si Comme des Garçons et Jil Sander avaient un bébé ensemble, celui-ci ressemblerait à cette marque, qui a déjà six ans.

Vous avez tous deux travaillé dans des domaines diamétralement opposés à celui de la mode [Astrid était tailleuse, et Lee, acheteur au détail]. Qu’est-ce qui vous a amenés au design?
Lee : Tout a commencé avec notre rêve de dessiner nos propres choses.
Astrid : De ne pas obéir à des standards commerciaux et de faire seulement ce que nous voulions.
Lee : Et ça a fini par devenir une entreprise.

Le nom de la griffe est connu par des gens de tous les horizons. Êtes-vous surpris de cette popularité?
Astrid : C’est drôle parce que tout d’un coup, nous avons commencé à avoir des demandes de magazines importants qui voulaient emprunter, par exemple, 10 ensembles présentés en défilé. Et je me demandais comment ils avaient entendu parler de nous!
Lee : Parce que nous vivons en Suède, nous pensons que personne ne nous connaît et que nous pouvons faire ce que nous voulons, puisque personne ne le verra de toute façon. Puis, la première chose qu’on sait, c’est que notre photo paraît dans des magazines, et c’est fantastique.

La Suède grandit et est en passe de devenir un joueur important dans le monde de la mode. Pourquoi pensez-vous que ça arrive maintenant, plutôt qu’il y a 10 ans?
Lee : C’est intéressant parce que c’est comme planter une graine dans une terre qu’on croit infertile; il y a un petit groupe d’intellectuels qui, en art, en musique, en design et en architecture, a réussi à sortir du lot. Je pense que nous faisons des choses un peu plus excentriques que ce que font les autres marques suédoises, qui tendent à rester très minimalistes.
Astrid : Et je pense que maintenant, avec l’internet, c’est plus facile de trouver des choses. Les Suédois sont très discrets. Mais avec l’internet, nous nous rendons compte que c’est possible de vendre des choses partout dans le monde.

Articles récents du même sujet