Local
17:43 1 avril 2019 | mise à jour le: 1 avril 2019 à 17:43 temps de lecture: 3 minutes

Des citoyens somment Québec d’intervenir

Des citoyens somment Québec d’intervenir
Photo: François Lemieux/Cités Nouvelles

Un groupe nouvellement formé de citoyens opposés à la démolition de l’ancien bar Le Pionnier souhaite que Québec intervienne. Le Cœur de Pointe-Claire juge que son remplacement par 15 condos et quatre commerces est «basé sur une pléiade de procédures douteuses».

Une requête a récemment été envoyée au ministère des Affaires municipales ainsi qu’à la Commission municipale du Québec (CMQ) pour qu’ils enquêtent sur les rapports entre la municipalité et la firme à l’origine du plan, la Corporation de développement Koebra.

La Ville de Pointe-Claire a accepté de vendre le stationnement municipal de 35 espaces situé à côté de l’ancien bar, sur le chemin Bord-du-Lac. Sa condition est que la firme du promoteur Gregory Koegl aille de l’avant avec son projet dans une période de six mois, après octroi du permis de démolition.

Subvention déguisée?
Le Cœur de Pointe-Claire déplore que la Ville se soit engagée à défrayer les coûts d’une relocalisation des services publics, notamment le stationnement municipal et l’enfouissement des fils électriques adjacents à l’immeuble.

«C’est une subvention déguisée, qui est totalement illégale, qui n’est pas dans le meilleur intérêt des citoyens de Pointe-Claire ni des marchands et propriétaires d’immeubles du village», souligne le président du groupe, Claude Lesage.

Il s’inquiète de la facture totale qui sera refilée aux citoyens à la fin de tous les travaux d’infrastructures nécessaires à l’aménagement de l’immeuble.

«La Ville va être obligée de débourser environ 50 M$ quand elle aura fini de tout remettre à neuf, souligne M. Lesage. On va passer sur de vieilles canalisations d’égouts et d’aqueduc avec des camions lourds. Le terrain va s’effondrer et Pointe-Claire va être obligée de tout refaire.»

M. Lesage dénonce également ce qu’il perçoit comme un manque de transparence. «Les élus ainsi que l’administration de la Ville ont le devoir de gérer les affaires et argents publics dans le meilleur intérêt de ses citoyens, payeurs de taxes, et d’éviter les marchés douteux, les transactions opaques et camouflées, visant à augmenter les profits d’entreprises privées, au détriment des citoyens et des marchands», précise-t-il.

Le maire de Pointe-Claire John Belvedere a réagi par courriel, lundi, à la requête formulée par Le Cœur de Pointe-Claire, soulignant «qu’il s’agit d’un processus qui relève du gouvernement du Québec auquel tous les citoyennes et citoyens ont droit. Ces processus sont importants pour garantir et veiller à ce que les procédures soient toujours respectées».

De son côté, le promoteur Gregory Koegl n’ont pas donné suite à nos demandes d’entrevue.

Articles similaires