Ahuntsic-Cartierville
17:57 1 juin 2020 | mise à jour le: 1 juin 2020 à 17:57 temps de lecture: 3 minutes

La culture au temps du coronavirus

La culture au temps du coronavirus
Photo: ArchivesDepuis la mi-mars, les deux salles de spectacles d’Ahuntsic-Cartierville sont désertes. Des dizaines de représentation de théâtre, de concerts de musiques ont été annulés notamment à la maison de la culture, restrictions sanitaires obligent.

Les spectacles et la musique doivent reprendre leur place, croient les animateurs de la vie culturelle à Ahuntsic-Cartierville. Que ce soit dans des salles de spectacles, dans le respect des conditions adaptées aux restrictions sanitaires, ou ailleurs. Déjà, on sait que ce sera vers la fin juin.

Depuis la mise en place des mesures sanitaires, les responsables des salles de spectacles locales savent que ce qui a été perdu sera difficilement récupérable.

«En trois mois, nous avons annulé la diffusion d’un film, reporté un spectacle de poésie et musique de Natasha Kanapé Fontaine et annulé la représentation de Hurlevents de Fanny Britt», énumère la directrice de la salle L’espace le vrai monde, Mélissa Pietracupa.

La salle qu’elle dirige est située dans l’enceinte du collège Ahuntsic, mais elle est un lieu de diffusion autonome qui offre des spectacles pour tous les publics.

Pour les mois à venir, Mme Pietracupa n’a pas voulu prendre de risque et aucune programmation n’a été élaborée en salle pour l’automne.

À la maison de la culture Ahuntsic-Cartierville, on regrette qu’un riche programme qui s’étendait jusqu’à mai avec 14 spectacles ait été annulé. Les pertes ne sont pas encore chiffrées.

«Cet été on devait avoir les Concerti sous la pergola au parc de la Visitation, et nous ne pouvons pas les programmer», observe la cheffe de division culture et bibliothèque à l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, Isabelle Pilon.

Reprise

La réouverture des salles de spectacles devrait avoir lieu juste avant la Fête nationale. «On doit trouver des spectacles qui respecteraient la distanciation physique autant dans la salle que sur scène», convient Mme Pilon.

Elle suppose que sont exclus les grands orchestres, les pièces de théâtre avec de nombreux comédiens et probablement les spectacles de danse.

«On ne fera pas des événements à l’intérieur. On vise le numérique quand c’est possible, mais on peut imaginer du théâtre déambulatoire, des œuvres qui sortent des murs», assure Mme Pietracupa.

«On a vu comment Solidarité Ahuntsic a invité l’artiste percussionniste Kattam à circuler dans les rues pour animer le voisinage», rappelle la chargée de communication de l’arrondissement Michèle Blais.

Une initiative similaire a été également menée à Bordeaux-Cartierville avec une troupe de cirque. Pour ce genre d’événements, le programme n’est pas rendu public pour éviter les rassemblements, mais on annonce seulement la date de représentation et le quartier.

Mme Pietracupa attend des propositions. «Je sais que tous les spectacles ne sont pas forcément adaptables aux contraintes sanitaires, dit-elle. On suppose que les artistes attendent de voir ce qu’ils ont le droit de faire et comment le faire pour créer des choses « covidement acceptables ».»

«Nous avons lancé l’invitation aux artistes d’Ahuntsic-Cartierville, annonce Mme Pilon. Nous avons déjà eu un retour, on espère qu’il y’en aura d’autres.» L’essentiel étant que la culture ne laisse pas sa place vide.

Articles similaires