Côte-des-Neiges & NDG

Michel-Éric Fournelle, un philanthrope pour les enfants défavorisés

Michel-Éric Fournelle Photo: Métro Média - Patricia Miotto

Il est de ces personnes qui n’hésitent pas à s’engager dans une cause communautaire de tout leur cœur, et Michel-Éric Fournelle pourrait bien en faire partie. Celui qui a travaillé pendant de nombreuses années dans l’immobilier est aujourd’hui président de la Fondation Famille Michel Fournelle, qui donne chaque année plus d’un million de dollars pour des organismes qui œuvrent pour les enfants défavorisés. Récemment, c’est une maison qu’il a mis à disposition d’un centre de pédiatrie sociale en communauté.

Au début des années 2000, Michel-Éric Fournelle était le locateur de la Fondation Dr Julien, qui offre des soins de pédiatrie sociale. Un jour, il a décidé de leur rendre visite et de les questionner sur la cause. « Ce n’est pas une approche strictement basée sur les pilules, c’est vraiment un diagnostic multidisciplinaire, ça m’a beaucoup allumé alors j’ai décidé de commencer à envoyer un petit peu de sous. »

Plusieurs années plus tard, l’entreprise immobilière familiale est vendue et Michel-Éric Fournelle créé en 2017 la Fondation Famille Michel Fournelle en compagnie de ses parents. Cette dernière se spécialise dans l’aide pour les enfants défavorisés, et fournie des dons à quelques organismes. « J’ai pas mal vécu toute ma carrière à Côte-des-Neiges, et on voit beaucoup de misère […] et les enfants, c’est notre futur. », explique le président de la Fondation.

Michel-Éric Fournelle a acheté et rénové une maison dans laquelle est logé la Fondation Dr Julien. – Gracieuseté

Annuellement, les dons s’élèvent à environ 1,7 million de dollars. Michel-Éric Fournelle a également acheté une grande maison qu’il a entièrement rénovée afin d’y loger à un prix bas la Fondation Dr Julien. Cette dernière symbolise la force de cette alliance, vieille de presque 20 ans, entre Michel-Éric Fournelle et la Fondation.

Pendant la pandémie

L’entrepreneur a constaté le besoin grandissant des organismes communautaires depuis le début de la pandémie. « Ce sont les populations les plus faibles qui sont le plus affectées. », note-t-il. Ces deux dernières années, il a alors fait des dons dans le domaine alimentaire et notamment auprès de MultiCaf, situé dans Côte-des-Neiges.

Parallèlement, il a continué de s’engager auprès des jeunes en donnant de l’argent notamment à la Fondation sablonou pour l’Hôpital de Montréal pour enfants..

Michel-Éric Fournelle encourage toute personne de s’engager pour des actions communautaires, une aide qui peut prendre une multitude de formes différentes.

«La philanthropie, ce n’est pas juste des sous, c’est du temps, c’est de l’intensité, c’est de donner quelque chose de soi.»


Nommé « Blue Monday », le 3e lundi de janvier serait la journée la plus déprimante de l’année, selon une légende urbaine. Chez Métro, nous avons plutôt décidé d’en faire une journée de nouvelles positives. Bonne lecture, donc, et bonne journée!

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet