Hochelaga-Maisonneuve
11:34 8 juillet 2020 | mise à jour le: 9 juillet 2020 à 10:00 temps de lecture: 3 minutes

Rue Ontario: la piétonnisation divise les commerçants

Rue Ontario: la piétonnisation divise les commerçants
Photo: Olivier Faucher /Métro MédiaLa rue Ontario, piétonnisée sur un kilomètre depuis le 2 juillet

La piétonnisation de la rue Ontario est saluée par les propriétaires de bars et restaurants qui s’y trouvent, mais encore contestée par d’autres commerçants qui affirment ne pas y trouver leur compte.

Depuis le 2 juillet, la rue Ontario, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, a été piétonnisée sur plus d’un kilomètre à l’ouest du boulevard Pie-IX.

Pour les restaurateurs et tenanciers de bars, il s’agit d’une occasion en or d’élargir les terrasses et ainsi d’augmenter les ventes.

«Si la rue n’avait pas été piétonnisée, on n’aurait pas eu droit à nos terrasses, souligne le copropriétaire de la brasserie Blind Pig, Antoine Ormandy. Ça aurait été synonyme de quasi-faillite.»

Le Blind Pig compte cette semaine doubler la capacité de sa terrasse et ainsi «éponger les pertes» subies pendant le confinement. Le resto-bar fonctionne très bien depuis sa réouverture, si bien qu’il doit parfois refuser l’accès à des clients.

Opposition

La piétonnisation ne fait pas l’unanimité. Située un peu plus à l’ouest, la Papeterie de l’Est s’oppose à l’aménagement piétonnier.

Le président Claude Lessard aurait préféré sauvegarder les places de stationnements devant le local de son entreprise. Il voit  le projet comme un obstacle pour sa clientèle et pour ses livraisons.

«J’ai beaucoup de clients à l’extérieur de la ville qui viennent ici pour la rentrée scolaire, dit-il. Je ne sais pas ça va être quoi la réaction des gens.»

Baisse d’achalandage

La librairie Z, qui avait voté en faveur de la piétonnisation, déplore une baisse d’achalandage depuis le 2 juillet. Le phénomène rend perplexe le copropriétaire, Jean-Dominic Leduc.

«On pensait que ce serait bon, dit-il. Est-ce que c’est dû au fait que les gens tombent en vacances? Je ne sais pas.»

M. Leduc note toutefois la possibilité de faire plus de «ventes chapiteau» pendant l’été, une stratégie qui offre plus de visibilité à son commerce.

La SDC satisfaite

La consultation faite par la SDC donnait deux options aux commerçants de la rue Ontario: piétonniser l’artère ou installer des corridors sanitaires qui auraient rendu impossible l’installation de terrasses.

Le directeur de la SDC Jimmy Veilleux est satisfait du résultat. «On voit que les citoyens sont là. On a une belle population qui consomme beaucoup sur Ontario.»

M. Veilleux reconnaît toutefois que le projet «n’est pas bon pour tout le monde».

«Ça pourrait avoir un impact négatif sur certains commerçants. Il y avait une majorité qui était en faveur de la fermeture de la rue. Il y a une belle solidarité entre les commerçants et beaucoup d’entre eux se sont rendu compte que c’était la seule façon pour les restaurants d’avoir des terrasses.»

Au cours des prochaines semaines, du mobilier urbain et des œuvres artistiques viendront embellir la nouvelle rue Ontario. Le projet temporaire prendra fin le 8 septembre prochain.

Articles similaires