Hochelaga-Maisonneuve

L’idée du rachat du terrain de Ray-Mont Logistiques remise sur le tapis

Julien Henault-Ratelle01
Julien Hénault-Ratelle, conseiller du district de Tétreaultville Photo: Josie Desmarais, Métro Média

L’opposition officielle dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve ravive l’idée de racheter le terrain de Ray-Mont Logistiques dans Assomption Sud-Longue-Pointe, ce qui pourrait mettre fin au bras de fer entre l’entreprise et les citoyens du secteur qui s’opposent au projet de plateforme de transbordement de marchandises.

Une motion allant dans ce sens sera déposée au conseil d’arrondissement du 4 avril par le conseiller du district de Tétreaultville, Julien Hénault-Ratelle, afin que la Ville de Montréal entame des négociations avec l’entreprise.

Lors des élections montréalaises de 2021, l’ancien chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, avait affirmé que s’il revenait aux commandes de la métropole, il serait prêt à acheter le terrain de l’entreprise Ray-Mont Logistiques.

Cette proposition avait été vertement critiquée sur les réseaux sociaux par le maire de MHM, Pierre Lessard-Blais. Interrogé par Métro, ce dernier avait expliqué que la Ville n’a pas les capacités financières pour acheter le terrain.

«Il y a à peu près 60 M$ qui ont déjà été investis [par Ray-Mont Logistiques] pour l’achat et la décontamination du terrain, et on est présentement poursuivi par l’entreprise pour des pertes liées à un retard de ses activités sur deux à quatre ans pour 373 M$», indiquait-il alors.

La poursuite a été lancée par l’entreprise en mars 2021 pour compenser les pertes dues aux délais d’obtention des permis à la suite d’une saga judiciaire qui a commencé en 2017.

Pas trop tard

Pour Julien Hénault-Ratelle, conseiller du district de Tétreaultville, le rachat du terrain est l’une des solutions les plus «propices» afin que la Ville et l’entreprise trouvent un terrain d’entente.

Selon lui, même si les travaux de construction de la plateforme intermodale ont débuté, il n’est pas trop tard pour entamer des négociations pour le rachat du terrain.

«Pour le moment, ce sont des travaux très mineurs», soutient le conseiller, rappelant que le permis de construction actuel ne contient pas les mesures de mitigation proposées au cours des rencontres tenues par l’instance de Concertation ASLP cet automne.

«Le scénario actuel est sûrement le pire pour les citoyens, déplore-t-il.»

C’est certain que plus le temps avance, plus la probabilité de racheter le terrain se referme, mais on pense qu’au moment où l’on se parle, la possibilité est encore là.

Julien Hénault-Ratelle

Si le PDG de l’entreprise avait déclaré lors des élections «qu’il est responsable d’étudier cette option» de vendre le terrain, Charles Raymond n’a aujourd’hui pas souhaité se prononcer sur la motion qui sera déposée par l’opposition officielle.

Considérant qu’aucune motion n’a été présentée ni adoptée par les élus de l’arrondissement pour le moment, nous attendrons les suites du prochain conseil pour nous prononcer à ce sujet.

Ray-Mont Logistiques

Lorsqu’on demande à Julien Hénault-Ratelle si le rachat du terrain serait conditionnel à ce que la poursuite de 373 M$ soit abandonnée par l’entreprise, le conseiller répond que cette question peut faire partie des négociations, mais que la décision appartient autant à la Ville qu’à l’entreprise.

Irréaliste, soutient la Ville

De son côté, la Ville de Montréal soutient que l’acquisition du terrain serait «complètement irréaliste» et ne respecterait pas «la capacité de payer de la Ville et des Montréalais».

«Mais ce n’est pas terminé, on travaille fort pour protéger les espaces verts du secteur et réduire les nuisances autant que possible», indique-t-on par écrit à Métro.

La Ville ajoute qu’elle partage les inquiétudes des citoyens dans ce dossier et que c’est pourquoi elle et l’arrondissement ont défendu devant les tribunaux «la position que ce projet ne respectait pas la réglementation».

«Malheureusement, la cour d’appel a tranché en faveur de l’entreprise. Maintenant, le travail continue pour limiter au maximum les nuisances que ce projet entraînera et nous mobilisons tous les acteurs qui ont un pouvoir d’action dans l’amélioration de la qualité de vie des gens du secteur», ajoute la Ville. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité d’Hochelaga – Maisonneuve.

Articles récents du même sujet