IDS-Verdun

Les 12 travaux d’Isabelle Melançon

Isabelle Melançon
La députée de Verdun, Isabelle Melançon. Photo: Clément Gaboury

Bien que la session parlementaire soit achevée à l’Assemblée nationale, la députée de Verdun, Isabelle Melançon, ne chôme pas. La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement, d’emploi et de la condition féminine a connu un cycle électoral chargé et continue de mener plusieurs dossiers. Entretien avec la principale intéressée.  


Des élèves dans un immeuble de bureaux

Le manque d’écoles à L’Île-des-Sœurs est décrié depuis 2017 et encore à ce jour, des élèves de l’école des Marguerite suivent leurs cours dans un immeuble de bureaux.

Un dossier jugé urgent par la députée de Verdun, Isabelle Melançon.

En 2019, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, s’était engagé à trouver un terrain pour y construire une nouvelle école.

«On est en 2022, et il n’y a toujours pas de terrain. Le ministre a rompu sa promesse. […] Ils se traînent les pieds, ils ne veulent pas le faire», lance Isabelle Melançon.

«D’avoir des enfants dans une tour à bureaux, le temps de construire une école, je trouve ça acceptable. Mais qu’un enfant commence un parcours et le termine dans cette même tour à bureaux, ça, c’est inacceptable», poursuit-elle.

Mme Melançon souhaite d’ailleurs que l’ensemble des insulaires puissent bénéficier de la future école.

«À L’Île, on manque de locaux. L’école secondaire-primaire doit servir à l’extérieur des heures de classe et les fins de semaine. Il faut avoir une piscine à l’intérieur de l’école pour mieux desservir la population.»

Accès aux soins de santé

«Il y a deux dossiers que j’ai menés dont je suis extrêmement fière; l’Hôpital de Verdun et le CLSC de L’Île-des-Sœurs», clame Isabelle Melançon.

Une somme de 260 M$ a été investie pour l’agrandissement et la modernisation de l’Hôpital de Verdun. Cette enveloppe avait été débloquée en 2017 par la députée de Verdun, et la mise en service de la nouvelle annexe de l’hôpital est prévue pour 2024.  

Hôpital de Verdun
Illustration du futur bâtiment relié à l’Hôpital de Verdun.
Gracieuseté : CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

L’implantation du CLSC à L’Île-des-Sœurs est également un legs important de son mandat, indique Mme Melançon.

«C’était mon premier engagement lorsque je me suis présentée dans la partielle en décembre 2016. Les gens ne me croyaient pas, mais on l’a livré en 18 mois. Et allez voir au 1, Place du Commerce; ça a changé le quotidien de bien des gens», mentionne la députée libérale.

Cet or bleu qui nous glisse entre les doigts

La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement souhaite revoir et moderniser la politique sur les redevances sur l’eau.

Elle se félicite d’ailleurs d’avoir ramené le sujet à l’ordre du jour, alors que le Québec ne reçoit que 3 M$ annuellement en redevances sur l’eau.

«Il y a plein de multinationales qui font de l’argent sur l’eau, et cette eau appartient aux Québécois. Cet argent-là, on ne peut pas l’utiliser et le réinvestir dans la protection de nos lacs», martèle Isabelle Melançon, qui souhaite multiplier par six les redevances versées.  

Avec ces sommes, elle souhaiterait notamment réinvestir dans les services d’aqueduc et d’égouts à la grandeur de la province.

«Actuellement il y a 120 municipalités qui flushent directement dans nos cours d’eau. C’est un peu dégueulasse, mais c’est la réalité.»

Au Québec, on a 3% de l’eau douce de toute la planète sur notre territoire. Est-ce qu’on peut en prendre soin?

Isabelle Melançon, députée de Verdun et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement

Des tribunaux spécialisés pour changer des vies

Isabelle Melançon du Parti libéral du Québec, Christine Labrie de Québec solidaire et Véronique Hivon du Parti québécois ont formé un comité transpartisan pour améliorer le soutien aux victimes de violences sexuelles et conjugales.

L’une des 190 recommandations du comité ciblait l’instauration de tribunaux spécialisés pour ce type de violences.

Malgré quelques obstacles, cette initiative a été adoptée.

«La mise en place de ces tribunaux a été faite durant la dernière session parlementaire et j’en suis extrêmement fière. […] J’ai mené ce dossier avec passion et cœur et, je dois le dire, ça m’a transformée. Ça m’a complètement transformée.»

Isabelle Melançon souhaite toutefois que le déploiement se fasse plus rapidement. «Pour le moment, ce ne sera pas égal partout. Une fille qui est sur la Côte-Nord n’aura pas de tribunal spécialisé avant trois ans. C’est une critique que je tiens à faire, mais il y a quand même des projets pilotes qui sont en action maintenant et ça, ça peut changer la vie de plusieurs femmes.»

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de IDS-Verdun.