Soutenez

Rénovation des terrains de basketball: «Ils vont faire quoi ces jeunes-là?»

Jean-Molière Ceneston et Jude-Alain Mathieu
Jean-Molière Ceneston et Jude-Alain Mathieu déplorent que les travaux menés à leur terrain de basketball préféré débutent alors que la saison n’est pas encore terminée. Photo: Anouk Lebel / Métro

La rénovation de deux des quatre terrains de basketball à Montréal-Nord privera de nombreux jeunes de leur sport préféré jusqu’à l’automne. Pour le directeur de l’organisme Nos jeunes à cœur, Jude-Alain Mathieu, les travaux auraient dû être tenus au printemps, au moment où des espaces sont disponibles dans les écoles.

«L’été est installé. Il y a minimum 200 à 250 personnes qui passent par ce terrain-là chaque jour. Le matin à 8h, même à midi, quand il fait super chaud, il y a du monde», souligne celui qu’on surnomme «coach Alain», lors d’une rencontre avec Métro au parc Saint-Laurent en début de semaine.

Le terrain de basketball venait alors d’être clôturé en vue du début des travaux de rénovation qui se poursuivront jusqu’à la fin de l’automne. L’Arrondissement de Montréal-Nord attendait la fin du Tournoi de basket de rue pour lancer les chantiers au parc Saint-Laurent et au parc Le Carignan, qui doit aussi être refait.

Si les travaux avaient commencé en avril, les jeunes auraient eu accès à des espaces intérieurs et auraient pu terminer leur saison, selon Jude-Alain Mathieu. «Les jeunes ont alors accès à un gym et puis, ils ne sont pas en train de préparer une saison.»

Déception

Croisé par hasard au parc Saint-Laurent, Jean-Molière Ceneston venait de terminer son entraînement de football et espérait croiser des amis sur le terrain de basketball. «D’habitude, on passe une heure ici à parler. Il y a du talent, alors on regarde les gens jouer», explique-t-il.

Pour lui, le terrain de basketball du parc Henri-Bourassa n’est tout simplement pas une option. «Il n’y a personne là-bas. Il y a deux terrains, mais ils sont assez proches. Il y a un panier que la plupart du monde n’aime pas», explique-t-il.

Jude-Alain Mathieu et lui s’entendent: le terrain du parc Saint-Laurent, c’est LE terrain, bien visible du boulevard Henri-Bourassa et à deux pas des arrêts d’autobus 69 et 48.

On coupe tout à la fin de l’été. Dans les trois à quatre prochaines semaines, ils vont faire quoi ces jeunes -là? Quand je leur ai dit ça, ils m’ont dit: «Au moins, on peut aller à Carignan». Mais non, il y a des travaux aussi. Pour moi, ça n’a pas de sens.

Jude-Alain Mathieu, directeur de l’organisme Nos jeunes à cœur.

Un mal nécessaire

Pour la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, la situation est une preuve de plus du manque criant d’installations sportives pour les jeunes du quartier.

«On rénove deux terrains de basketball et il n’en reste que deux, déplore l’élue d’Ensemble Montréal, en entrevue avec Métro. Les rénovations qu’on va faire sont nécessaires et urgentes. On n’avait pas le luxe d’attendre. Les terrains sont à la fin de leur vie utile parce qu’on sait qu’ils sont forts utilisés», ajoute-t-elle.

Elle souligne que même si les travaux avaient commencé au printemps, les jeunes auraient été privés de terrain pendant trois mois, durée minimale des travaux. «Pour moi, qu’on fasse les travaux en mai, juin, juillet plutôt qu’en août, septembre, octobre, l’impact est aussi grand.»

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.