Ouest-de-l’Île
11:56 9 juillet 2015 | mise à jour le: 9 juillet 2015 à 12:00 Temps de lecture: 3 minutes

Pierrefonds Ouest: des citoyens se tournent vers les tribunaux

Pierrefonds Ouest: des citoyens se tournent vers les tribunaux
Photo: TC Media / Anthony Abbondanza

Susan Stacho, du groupe «Sauvons l’Anse à l’Orme», a déposé une requête en Cour supérieure du Québec pour renverser le zonage actuel d’une section clé des 185 hectares de terre devant être développés dans Pierrefonds Ouest, près du Cap St-Jacques.

«Le groupe a déposé une injonction afin que le lot 1977331, qui fait 19,8 hectares, soit retourné à sa vocation agricole d’origine et pour en prévenir la subdivision», a expliqué Mme Stacho mercredi matin en compagnie de l’avocat Ricardo Hrtschan, de la firme Colby Monet, devant le palais de justice de Montréal.

«Cet endroit est important pour Montréal, pas juste pour l’Ouest-de-l’Île. C’est un de nos derniers espaces non protégés. C’est notre responsabilité de le protéger. Nos enfants et les générations futures ont besoin d’endroits où aller pour être exposés à la nature», a plaidé la résidente de Pierrefonds.

La parcelle de terre en question a fait l’objet d’un changement de zonage le 14 janvier 2010. Selon des documents obtenus par TC Media, Grilli Development Inc, l’actuel propriétaire, en a fait l’acquisition en décembre 2014.

«Sauvons l’Anse à l’Orme» espère qu’il s’agit du premier pas pour conserver la totalité des 185 hectares de terre menacés par un projet immobilier. «Chaque pouce carré de cette ville a été développé… C’est l’un des derniers espaces verts, nous voulons le protéger», a indiqué Me Hrtschan.

Conflit d’intérêt
L’avocat a aussi annoncé qu’une plainte contre Grilli a été déposée au Commissaire au lobbyisme pour des activités de lobbyisme inappropriées.

La plainte allègue que le propriétaire de la compagnie, Jean-Pierre Grilli, aurait influencé les élus de Pierrefonds–Roxboro pour lancer le projet de développement résidentiel du secteur ouest de l’arrondissement sans s’inscrire au Registre des lobbyistes du Québec.

La plainte, qui a été rendue publique, allègue aussi que Grilli Developpement a embauché un consultant en lobbyisme qui a déjà représenté la Ville de Montréal sur le projet de Pierrefonds-Ouest.

La lettre suggère que David Cliche, de ACB Consultants, se serait placé en situation de conflit d’intérêts en omettant de déclarer qu’il avait fait le saut du côté privé sur cet enjeu de développement controversé, trois ans après avoir reçu un mandat municipal pour entamer des procédures de lobbyisme pour la conservation et la planification du développement dans Pierrefonds-Ouest.

«Il y a des règles en place. Les lobbyistes doivent respecter les règles. Selon ce qu’on peut voir, les règles d’éthique n’ont pas été suivies», a déclaré Hrtschan.

Les procédures légales seront rendues possibles grâce au soutien de The Legacy Project, un organisme qui amasse des fonds pour des enjeux environnementaux.

Grilli, Cliche, ainsi que le maire de Pierrefonds-Roxboro, Jim Beis, n’ont pas répondu aux demandes d’entrevues de TC Media.

Articles similaires