Ouest-de-l’Île

Homme disparu sur le Lac Saint-Louis: recherches interrompues

Photo: Leslie Schachter

Les recherches afin de retrouver Pierre Lajeunesse, disparu depuis mardi soir dans le Lac Saint-Louis, ont été interrompues mercredi en fin d’après-midi sans que l’homme ne soit localisé. L’alcool pourrait être en jeu dans la disparition de l’individu de 40 ans.

L’opération de recherche avait débuté peu après 21H30 mardi soir après que l’homme accompagnant le disparu ait ramené l’embarcation de ce dernier à la berge à Beaconsfield et signalé sa disparition dans les eaux du Lac aux autorités.

Les circonstances entourant la disparition de Pierre Lajeunesse, identifié par plusieurs médias, sont particulières. Selon les informations dévoilées par les forces de l’ordre, l’homme aurait sauté, de son propre chef, à l’eau afin de récupérer un vêtement.

«Il y avait une présence d’alcool. L’homme a plongé sans veste de flottaison pour aller récupérer une pièce de vêtement», indique le porte-parole du SPVM, André Leclerc.

«La personne qui est restée sur l’embarcation ne savait pas comment manœuvrer le bateau, ce dernier a continué sa course. Le temps que ce dernier puisse contacter les secours et revenir de peine et de misère vers le rivage, il s’est passé une demi-heure et l’homme qui est sauté à l’eau est disparu», précise Éric Dahmen, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Montréal.

Recherches
D’abord pilotées par la Garde côtière en collaboration avec le Service de sécurité incendie de Montréal, les recherches ont été confiées au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

En plus de nombreuses embarcations, un hélicoptère de la Sûreté du Québec ainsi qu’un avion Hercule de l’armée ont également été assignés à l’intervention mardi soir.

Suspendues à 2h12 du matin étant donné la noirceur et l’incapacité de localiser l’individu, les recherches sur mer ont repris mercredi matin.

L’imposant déploiement était justifié par l’ampleur du plan d’eau. Le Lac Saint-Louis a une superficie de 148km2, une longueur de 23km et une largeur de 6,5km. À son point le plus profond, le fond peut atteindre 28m.

Les recherches se sont terminées à 15h30.

Un fervent amateur de voile
Pierre Lajeunesse passait beaucoup de temps sur l’eau à bord de son bateau.

Une visite sur le profil Facebook de ce dernier suffit pour constater la chose. La dernière publication du disparu était d’ailleurs une invitation à ses amis afin de leur permettre de passer du temps en bateau.

«Avis aux intéressés! Vous avez envie de passer une belle journée sur l’eau ce weekend? Apprécier les premiers jours de l’été tout en apprenant les bases de la voile! Relaxer en bonne compagnie! N’hésitez pas à communiquer avec moi!! Bonne fin de semaine à tous!!», peut-on lire dans une entrée datée du 16 juin.

Sur le fil d’actualités du disparu, on retrouve de nombreuses photos de lui sur son bateau notamment dans le secteur de Québec, de Rivière-du-Loup, de Saint-Lambert et en Mauricie.

On y retrouve plusieurs photos du voilier un mat qui a été ramené à Beaconsfield mardi soir.

Selon la page Facebook du disparu, ce dernier serait à l’emploi de la compagnie de Transports Manitoulin.

Cette dernière a refusé de confirmer l’identité du disparu à TC Media mais a corroboré qu’il y avait bien un homme portant ce nom à leur emploi depuis six mois qui occupe un poste de camionneur.

Au moment de publier, les forces de l’ordre n’avaient pas fait mention d’un prolongement éventuel des recherches.

Bilan des noyades
Bien qu’il soit trop tôt pour parler de noyade, la disparition du marin nous rappelle l’importance de porter des vestes de flottaison lorsque présents sur des embarcations.

Selon les données fournies sur le site de la Société de Sauvetage, c’est 32 personnes qui ont perdu la vie noyées depuis le début de l’année.

À pareille date l’an dernier, on en comptait 35. Les données compilées par le coroner faisaient état de 38 noyades à ce moment-ci de l’année en 2014.

Le directeur général de la Société de sauvetage, Raynald Hawkins, affirme que le taux de port de la veste de flottaison est en légère augmentation au Québec.

«Il y a à peine une dizaine d’années, neuf personnes sur 10 qui se noyaient en pratiquant des sports nautiques ne portaient pas ou ne portaient pas correctement leur veste de flottaison individuelle. On est rendus à huit personnes sur 10 maintenant. C’est très lent comme changement. Les exemples éloquents qu’on a année après année nous démontrent que si les gens portaient leur veste de flottaison, on aurait moins de noyades», précise-t-il.

Il ajoute que l’alcool serait un facteur déterminant dans 40 % des cas de noyades liées aux sports nautiques.

Pour en apprendre plus sur comment réduire les risques de noyade, visitez le http://www.sociétédesauvetage.org et http://www.baignadeparfaite.com.

Articles récents du même sujet