Outremont & Mont-Royal

Inauguration de la promenade Camille-Laurin à Outremont

La députée fédérale Rachel Bendayan, les conseillères d’arrondissement Valérie Patreau et Mindy Pollak, le maire d’Outremont Philipe Tomlinson, le président de la Société d’histoire d’Outremont, Me Jean A. Savard , la mairesse de Montréal Valérie Plante, la vice-rectrice Valérie Amiraux de l’Université de Montréal, le député provincial Pierre Arcand, la conseillère d’arrondissement Fanny Magini, le représentant de la famille Pierre Laurin et le conseiller d’arrondissement Jean-Marc Corbeil. Photo: Lila Maitre/Métro Média

La promenade Camille-Laurin a vu le jour sur le nouveau campus de l’Université de Montréal, à Outremont, le vendredi 20 août. L’inauguration réunissait plusieurs élus dont la mairesse Valérie Plante et des membres de la famille de l’ancien ministre qui avait permis la mise en place de la Loi 101.

Il y a quelques mois, la proposition de baptiser le lieu sous le nom de Camille-Laurin avait été suspendue par le bureau de la mairesse, sous le motif d’un manque d’inclusion des femmes et des minorités.

L’inauguration de la promenade Camille-Laurin avait des airs de réunion familiale en ce vendredi, alors qu’une dizaine de proches venaient saluer la nouvelle toponymie. L’événement était chapeauté par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, le maire de l’arrondissement d’Outremont, Philipe Tomlinson, le président de la Société d’histoire d’Outremont, Me Jean A.Savard et le frère de Camille Laurin, Pierre Laurin.

Il y a deux ans, la Société d’histoire d’Outremont proposait à l’arrondissement d’apposer le nom de Camille Laurin sur la promenade située dans le parc Pierre-Dansereau. «Camille Laurin était un fier Outremontais […]  il nous paraissait approprié de nommer un espace en son honneur, près du campus de l’Université de Montréal, où il a joué un rôle majeur», a déclaré Me Jean A.Savard, tout en rappelant que Camille Laurin avait aussi été directeur du Département universitaire de psychiatrie à l’Université de Montréal, en 1958.

La proposition avait été approuvée par le maire Philipe Tomlinson en 2020, avant d’être suspendue par le bureau de la mairesse Valérie Plante, qui souhaitait plus de représentation de membres de la diversité. Cette dernière est revenue sur sa décision par la suite. «La raison qui nous amène ici est d’honorer un homme important pour le Québec à plusieurs niveaux. Si la plupart des gens connaissent M.Laurin comme étant le père de la Loi 101 […] on doit également à M.Laurin d’avoir revisité un pan de la médecine, dont celui de la santé mentale au Québec», a-t-elle précisé.

Après avoir abordé l’apport de la Loi 101 dans la communauté québécoise, la mairesse a aussi rappelé la création d’un poste de commissaire à la langue française de la Ville de Montréal, qui devrait bientôt être pourvu.

La promenade pourrait également compter dans l’avenir une douzaine de sculptures en bronze de l’artiste Michel de Broin , célèbre pour ses installations d’art public.

Camille Laurin, médecin et homme politique

Après avoir obtenu de nombreux diplômes de médecines et de psychiatrie à l’Université de Montréal (UdeM) en 1943 puis à Boston et à Paris, Camille Laurin prend la tête du Département universitaire de psychiatrie à l’UdeM. Nommé président de l’Association des psychiatres du Québec, il se bat pour transformer la pratique de la psychanalyse.

À la création du Parti Québécois en 1968, Camille Laurin devient rapidement le président du conseil exécutif, soit le numéro deux du Parti, ensuite député à l’Assemblée nationale du Québec en 1970, puis ministre d’État au Développement culturel. Lors de ses fonctions, il dépose un projet de loi linguistique, la Loi 101, qui établit le français comme seule langue officielle du Québec. Elle est adoptée en 1977.

En 1999, le «Père de la chartre de la langue française», qui a marqué l’histoire du Québec, s’éteint à Vaudreuil-Dorion.

Articles récents du même sujet