Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
19:55 25 septembre 2020 | mise à jour le: 28 septembre 2020 à 21:08 temps de lecture: 3 minutes

Des cours d’initiation à la technologie pour briser l’isolement des aînés

Des cours d’initiation à la technologie pour briser l’isolement des aînés
Photo: Archives/Métro MédiaLes cours gratuits sont offerts aux résidents de Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est.

Alors qu’une deuxième vague de COVID-19 se confirme au Québec, un regroupement d’organismes communautaires lance des cours personnalisés d’initiation à la technologie pour aider des retraités de Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est à briser leur isolement.

Pour la Pointelière Christine Jean, l’application Messenger s’est avérée utile pour rester en contact avec ses proches durant le confinement, en plus du téléphone.

Pourtant, jusqu’à il y a deux ans, Mme Jean ne savait pas comment utiliser une tablette.  «J’ai un neveu qui est bon là-dedans. Je lui ai dit: « bon, j’ai ma tablette, maintenant qu’est-ce que je fais? »»

Ce dernier lui a appris à configurer les mots de passe, à utiliser Google: bref, à se débrouiller seule avec sa tablette.  Pour la dame, ce type d’enseignement personnalisé a été très utile.

«C’est plus rassurant que d’y aller à tâtons par nous-même!», s’exclame-t-elle.

La technologie pour briser l’isolement

C’est ce format d’enseignement que propose le projet «Aînés Branchés PATME», mis sur pied par la CDC de la Pointe et plusieurs partenaires.

À l’aide de deux cours individuels d’une heure et demie donnés par des bénévoles de l’AQDR de la Pointe-de-l’Île de Montréal, les aînés apprendront à maîtriser les technologies de communication: Zoom, Messenger, Facebook et Gmail.

«C’est la base pour que les aînés puissent se préparer à une deuxième vague éventuelle», indique Nathan Gauvin, agent de développement communautaire à la CDC de la Pointe – région Est de Montréal.

Ce projet aidera des personnes comme Johanne Béland, une résidente de 64 ans de Pointe-aux-Trembles, qui estime «avoir beaucoup de problèmes» avec les technologies.

Avec l’arrivée de l’épidémie, des opérations qu’elle effectuait normalement en personne ou au téléphone ont dû s’effectuer en ligne. Par exemple, réserver des billets ou prendre un rendez-vous chez le médecin.

«Avec la pandémie, j’ai bien vu que ça va être problématique dans quelques années. C’est sûr qu’à un moment donné, tout ça va juste être en ligne, note-t-elle. Si je suivais un cours, probablement que je serais plus à l’aise.»

Solitude

Les organismes communautaires de Pointe-aux-Trembles travaillant avec des gens plus âgés exprimaient déjà, avant la pandémie, la nécessité de créer des initiatives pour les aînés difficilement rejoignables, précise Nathan Gauvin.

Au cours des derniers mois, le confinement a exacerbé cette situation déjà difficile. C’est donc avec un groupe de travail formé de membres de la CDC de la Pointe, d’organismes communautaires et partenaires du secteur que le projet a pris forme.

Louise Croussett, présidente de la Table de concertation des aînés de Pointe-aux-Trembles/Montréal-Est et collaboratrice au projet, croit que la solitude vécue par les aînés ces temps-ci est «d’une grande profondeur».

Alors que Montréal se trouve en «zone orange», elle a décidé d’annuler les cours de tricot qu’elle tenait avec des aînées. «Ce qui leur manque c’est de se regrouper, car elles se sentent seules, de rire, de se conter des blagues et de se taquiner tout en tricotant. La solitude tue à petit feu leur moral », s’inquiète-t-elle.

Articles similaires