Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
19:17 3 mars 2021 | mise à jour le: 4 mars 2021 à 08:39 temps de lecture: 3 minutes

Une épicerie zéro déchet à Pointe-aux-Trembles d’ici la fin mars

Une épicerie zéro déchet à Pointe-aux-Trembles d’ici la fin mars
Photo: Coralie Hodgson/Métro MédiaL’épicerie aux p’tits bocaux devrait ouvrir ses portes d'ici la fin mars.

Une première épicerie zéro déchet verra le jour en plein cœur du Vieux Pointe-aux-Trembles.

L’épicerie aux p’tits bocaux devrait ouvrir ses portes d’ici la fin mars et offrira des produits « sans emballage, local le plus possible, et priorisant le biologique », explique Valérie Goulet, copropriétaire de l’établissement.

L’idée des copropriétaires est aussi d’offrir «tout ce qu’on trouverait en épicerie sous un même toit».

C’est à force de devoir se déplacer un peu partout entre Repentigny, Hochelaga et la Rive-Sud pour trouver des produits en vrac que Mme Goulet a réalisé qu’il était «insensé de faire autant de kilométrage pour faire du zéro déchet».

Souhaitant inspirer d’autres à adopter ce mode de vie, la résidente de Pointe-aux-Trembles a lancé un appel sur les réseaux sociaux à l’été 2019 afin de trouver une partenaire d’affaires.

Layal Boustani a répondu à l’appel. Mère de trois enfants, elle souhaitait créer sa propre entreprise et « faire quelque chose de positif pour l’environnement ».

Cette dernière travaille présentement en télécommunication, tandis que Mme Goulet a déjà quitté son emploi d’auxiliaire en santé et services sociaux pour se consacrer au projet à temps plein.

Une offre à développer dans l’Est

Mélissa Aumont-Rodrigue, coordonnatrice de l’éco-quartier à L’Éco de la Pointe-aux-Prairies, estime que la demande pour le zéro déchet est bien réelle dans le secteur, soulignant la popularité des produits en vrac de l’Éco-boutique. L’engouement que suscite ce mode de vie ne fera que s’amplifier en raison de la crise climatique, croit-elle.

Pourtant, l’offre dans l’Est laisse encore à désirer.

« Il y a l’épicerie Terre à soi dans Tétreauville, mais ça reste loin pour quelqu’un de la Pointe-de-l’île. C’est pas mal la seule dans le coin. Le zéro déchet c’est vraiment une habitude à prendre, et faire 14 arrêts, souvent loin de chez soi, c’est vraiment un gros obstacle. [Aux p’tits bocaux] va vraiment aider » ajoute-t-elle.

Occupation transitoire

Aux p’tits bocaux sera par ailleurs le premier projet d’occupation transitoire réalisé dans le cadre du projet de revitalisation du Vieux Pointe-aux-Trembles par la Société de développement Angus (SDA).

«On est vraiment contents. Ça répond vraiment à une offre dans le quartier. L’est de Montréal et Pointe-aux-Trembles sont un désert alimentaire », soulève Marie Renoux, référente d’occupation transitoire au Projet Courtepointe.

Elle explique que les femmes d’affaires devront se relocaliser temporairement lorsque la SDA procédera à la reconstruction du secteur, mais qu’il est possible qu’elles puissent prendre part au projet de la SDA.

Une perspective qui n’effraie pas les deux entrepreneures. Épaulées par PME MTL Est-de-l’Île, Entremise et la SDA, elles ont confiance en leur projet.

« On se lance dans le vide. On suit la vague. Mais ça va vraiment bien », ajoute Mme Goulet.

L’épicerie aux p’tits bocaux (11994, rue Notre Dame est) devrait ouvrir d’ici la fin mars.

Articles similaires