Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
17:35 21 juin 2021 | mise à jour le: 9 juillet 2021 à 17:46 Temps de lecture: 3 minutes

Pas de baignade sans décontamination des sols à la plage de l’Est

Pas de baignade sans décontamination des sols à la plage de l’Est
Photo: Yohann GoyatInauguration de la deuxième phase du projet de la plage de l'Est dans Pointe-aux-Trembles

La phase 2 du projet de la plage de l’Est de Rivière-des-Prairies—Pointes-aux-Trembles a été inaugurée en grande pompe le lundi 21 juin. Malgré ses atouts architecturaux et de son potentiel culturel, la baignade y est toutefois toujours interdite. La question de la décontamination des sols aquatiques est un «enjeu majeur» avant toute baignade.

Les superlatifs ne manquaient pas ce matin quand il fallait parler du nouvel attrait touristique de l’est de Montréal.

Un «joyeux joyau» a déclaré avec un drôle de lapsus la mairesse de RDP-PAT, Caroline Bourgeois, aussi membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Un «diamand brut» a renchéri Valérie Plante, mairesse de Montréal et présidente de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Les avis sont unanimes quand il s’agit de parler de la deuxième phase de ce projet qui a coûté 7,4 M$, dont 3,4 M$ ont été octroyés à parts égales par le gouvernement du Québec et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) par l’entremise du programme d’aide financière de la Trame verte et bleue du Grand Montréal.

Décontamination

Ce nouveau site touristique cache néanmoins quelques démons du passé. Ceux de la contamination des sols et des berges de l’est de Montréal.

Pour le moment, la baignade y est «strictement interdite», insiste la mairesse Caroline Bourgeois. «La baignade sera la cerise sur le sundae», dit-elle avec humour. «Pour le moment, les sédiments contenus dans les sols sont un enjeu principal», ajoute-t-elle.

Pour régler le problème, la Ville de Montréal bénéficie d’une aide financière de 5 M$ du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

«Un appel d’offres a été lancé», dit la mairesse de RDP-PAT, et un contrat devrait être signé en septembre.

L’échéancier reste encore à confirmer, aucune date officielle n’a été communiquée pour l’heure.

Activités et aménagements

Si la question de l’attrait principal de la plage de l’Est, la baignade, a été balayée d’un revers de main, l’accent de l’inauguration a été mis sur les activités nautiques et autres aménagements inaugurés en 2018.

D’autres attraits touristiques vont attirer les Montréalais selon la mairesse de Montréal. «Un exemple de plus de ce que l’Est a à offrir», se réjouit Valérie Plante.

Cette année, l’organisme La Route Champlain offre la possibilité de pratiquer du canoë, du kayak de mer ou de participer à d’autres activités écoresponsables.

«Une manière aussi pour les résidents de redécouvrir le fleuve Saint-Laurent et potentiellement attirer d’autres touristes», ajoute Caroline Bourgeois.

Les jeux d’eaux sont aussi une manière de profiter du site, tout comme les deux terrains de volley-ball qui ajoutent une offre d’activité.

«Un honneur et une fierté que d’inaugurer le site» pour Mme Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, présente aussi pour l’inauguration de la phase 2.

La question du stationnement aux alentours du site est un des problèmes qui revient souvent dans les discussions. «Une étude de circulation est faite en ce moment même», assure Caroline Bourgeois.

Articles similaires