Rivière-des-Prairies

Trois chalets de RDP reçoivent 60 000$ pour des rénovations

Trois chalets de RDP reçoivent 60 000$ pour des rénovations
Photo: Clara LoiseauAu mois de mai dernier, le parc Pierre-Blanchet a déjà reçu un investissement de près de 425 000$ pour la réfection des sentiers, du terrain de bocce, l’ajout de nouveau mobilier de parc, ainsi que le remplacement de lumière par du LED.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a approuvé trois projets de réfection de chalet dans Rivière-des-Prairies. Pour un coût total de plus de 60 000$, les chalets des parcs Marie-Claire-Daveluy, Samuel-Morse et Pierre-Blanchet seront rénovés.

Pour les trois bâtiments, les travaux concernent l’extérieur. Ce sont des rénovations touchant à la toiture qui vont être effectuées, plus précisément les bardeaux d’asphalte et la ventilation.

Le chalet du parc Pierre-Blanchet, situé sur l’avenue du même nom, reçoit 23 000$ de soutien financier maximal pour les travaux. Les parcs Marie-Claire-Develuy, situé sur l’avenue Jean-Yves-Bigras, et Samuel-Morse, sur l’avenue André-Dumas, obtiennent eux 18 500 $ chacun pour les rénovations.

La Ville de Montréal compte plus de 245 bâtiments de parcs. C’est après avoir réalisé des « audits sur l’état et la conformité de ces immeubles » qui indiquent un niveau de désuétude élevé que la ville à décider de mener la réalisation de ces travaux souligne le cabinet du comité exécutif.

L’appel de projets avait été lancé au mois d’avril 2019 et permet finalement de réaliser « plus de 50 projets de réfections sur un peu plus de 45 chalets de parcs » sur l’ensemble de la Ville de Montréal.

« Nous nous sommes engagés à offrir aux Montréalaises et aux Montréalais des espaces verts invitants et accessibles. Les installations qu’on y retrouve ne font pas exception. Elles font partie de l’expérience des usagers et de leur appréciation des lieux », explique Benoît Dorais, président du comité exécutif.

Au total, cela ne représente pas moins de 11,5 millions de dollars assumé par la ville centre, prévu sur trois ans.