Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : 3,2M$ pour abattre 14 000 frênes

Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : 3,2M$ pour abattre 14 000 frênes
Photo: Gracieuseté

L’agrile du frêne continue de faire des ravages et les parcs-nature montréalais ne sont pas épargnés. La Ville de Montréal va devoir abattre plus de 40 000 frênes sur son territoire d’ici 2021. Le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies est le plus touché, puisque ce sont plus de 14 000 arbres qui vont disparaître.

L’intervention au parc-nature de l’Est de l’Île représente un investissement de près de 3,2 M$, affirme Luc St-Hilaire, ingénieur forestier pour la Ville de Montréal. Au total, la campagne d’abattage des 40 000 frênes montréalais coûtera 8,2 M$. Les cinq autres parcs-nature touchés sont ceux du Cap-Saint-Jacques, du Bois-de-l’Île-Bizard, du Ruisseau-de Montigny, de l’Île-de-la-Visitation et au parc du Mont-Royal.

Arrivé au Canada dans les années 90, l’agrile du frêne aurait déjà tué des millions d’arbres au pays, selon l’Agence d’inspection des aliments. Les larves pondues sous l’écorce par cet insecte empêchent la sève de circuler à cause des galeries qu’elles creusent, menant à la mort les frênes.

Avec plus de 250 hectares, le frêne représente près de 25% des arbres du parc-nature de la Pointe-aux-Prairies. Malgré cela, M. St-Hilaire assure que les citoyens ne verront pas de grande différence. Il confirme également que de nouveaux arbres adaptés à cette forêt seront replantés, comme des érables à sucre ou des chênes rouges.

Pouvant atteindre jusqu’à 25 mètres de hauteur, ces immenses arbres morts ou partiellement morts deviennent alors dangereux pour les marcheurs. Pour cela, l’intervention s’effectuera dans un périmètre de trente mètres autour des sentiers et des infrastructures. Le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies compte le plus grand nombre de chemins pédestres (7), ce qui amène donc un plus d’interventions, explique l’ingénieur.

Les opérations se débuteront au mois de décembre et s’étendront jusqu’en mars 2020. Afin de ne pas déranger la faune et particulièrement les oiseaux pendant la période de nidification, la campagne d’abattage des arbres se recommencera ensuite de septembre 2020 en mars 2021.