Soutenez

Après le Planétarium Rio Tinto Alcan, voici l’Esplanade Sun Life

Beauchemin Philippe - TC Media
Comme l’a fait avant lui le Planétarium de Montréal en accolant à son bâtiment le nom d’une entreprise privée (Rio Tinto Alcan), le Parc olympique s’adjoint l’aide d’une compagnie financière pour assurer le redéploiement du secteur extérieur compris entre le Stade et le boulevard Pie-IX. Bienvenue sur l’Esplanade Financière Sun Life.

L’entente entre les deux entités permettra au Parc olympique d’offrir une programmation culturelle, sportive et en lien avec le développement durable, et ce, dès cet été. Du côté de la Sun Life, le nom de la compagnie sera accolé à l’endroit.

« On a 180 000 pieds carrés à développer. C’est un parc urbain unique que cette esplanade. Il nous faut donc, pour la redéployer et en faire un pôle d’attraction, s’adjoindre les services de partenaires corporatifs. C’est ce que nous annonçons aujourd’hui », mentionne David Heurtel, président-directeur général du Parc olympique de Montréal.

Pour Isabelle Hudon, présidente de la Financière Sun Life Québec, il était intéressant pour la compagnie de « participer à la vitalité que l’on voit, depuis quelques années, dans le périmètre, notamment avec la présence de l’Impact et celle prochaine du planétarium et de toutes les autres installations de l’Espace pour la vie. »

Il est encore trop tôt, selon M. Heurtel, pour dire si d’autres partenariats de ce type pourraient voir le jour pour les autres sites du Parc olympique, à savoir le stade, la tour et le centre sportif. « C’est un processus évolutif, indique-t-il. On veut mettre en place une série de mesures pour que le Parc soit financièrement autonome. On a proposé, devant la Commission parlementaire de l’économie et du travail en septembre, de développer des partenariats corporatifs comme celui-ci. On y travaille.

« Pour le stade, il est actuellement prématuré de faire de réelles démarches tant que son avenir n’est pas précisé. On ne peut pas y attirer de partenaires. Même chose pour la tour; quand on aura revu l’approche client, ce que nous sommes en train de faire, nous serons alors en mesure d’ouvrir de nouvelles démarches des partenariats possibles.»

Il serait donc possible de voir, un jour, la Tour olympique porter le nom d’une compagnie privée. « On est vraiment pas rendu à cette étape, souligne toutefois M. Heurtel. On n’en est pas à penser mettre de la publicité sur le mat, vraiment pas! »

Programmation à l’année

Dotée d’un budget de 7 M$ au cours des trois prochaines années, l’équipe nouvellement mise en place aura pour tâche de développer un calendrier annuel d’activités misant sur le sport, la culture et le développement durable. « Les gens, artistes, sportifs, les associations, groupes, tous sont invités à déposer des projets pour travailler avec nous au développement de l’esplanade. De notre côté, nous allons également chercher des façons de mettre en place une programmation annuelle en lien avec la communauté », souligne la directrice de la programmation, Manon McHugh.

Pour une première année, le Parc olympique espère présenter une activité à chaque week-end de l’année.

« On évaluera les projets, leur viabilités et on aimerait dévoiler au printemps les projets retenus. Actuellement, Sky is the limit. On peut tout faire ici. Au final, on veut faire du Parc olympique l’un des trois pôles d’intérêt de Montréal, avec le centre-ville et le Vieux-Port », laisse entendre celle qui œuvrait jusqu’à tout récemment chez Juste Pour Rire.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.