Saint-Laurent
17:44 12 février 2016 | mise à jour le: 12 février 2016 à 17:44 Temps de lecture: 3 minutes

Étude patrimoniale : l’arrondissement et la Ville investiront

Étude patrimoniale : l’arrondissement et la Ville investiront
Photo: Johanna Pellus/TC MediaLe cégep Saint-Laurent à Montréal, QC, le 9 février 2016.


Saint-Laurent procédera à une évaluation patrimoniale du quadrilatère regroupant notamment les deux cégeps. L’opération sera financée par la Ville et l’arrondissement, évitant pour l’instant aux propriétaires de débourser pour la chose. Un appel d’offres sera lancé à ce sujet.

C’est le quadrilatère formé par le cégep Saint-Laurent, le Collège Vanier, l’église Saint-Laurent et la congrégation des sœurs de Sainte-Croix, appelé le «Grand ensemble institutionnel de Saint-Laurent», qui fera l’objet de l’évaluation.

Les quatre propriétaires avaient manifesté leurs inquiétudes après l’entrée en vigueur du nouveau schéma d’aménagement de Montréal qui oblige les sites de patrimoine potentiels à réaliser une étude avant toute rénovation.

Approche en deux temps
Le projet dévoilé le 8 février propose aux propriétaires une approche en deux étapes.

Une première étude générale du secteur institutionnel sera financée au deux tiers par la Ville de Montréal, tandis que l’arrondissement de Saint-Laurent assumera le tiers restant. L’objectif est de comprendre l’évolution historique de l’ensemble et de fixer les limites du secteur d’intérêt patrimonial.

Une firme d’architecture spécialisée en évaluation patrimoniale sera mandatée par l’arrondissement le 8 mars. L’appel d’offres a été autorisé lors du dernier conseil.

En fonction des orientations qui seront proposées par l’étude, chaque institution pourrait avoir à réaliser une étude patrimoniale complémentaire, à ses frais, si l’intérêt patrimonial de leur site est confirmé.

Négociations
Pour débloquer des fonds, le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, et le directeur de l’aménagement urbain et des services aux entreprises de Saint-Laurent, Éric Paquet, ont dû intervenir auprès de la Ville.

«Les institutions ont elles aussi fait des démarches auprès de Québec pour dégager des fonds», précise M. DeSousa.

«C’est le patrimoine de Saint-Laurent qui sort gagnant de ces ententes finalement.» — Alan DeSousa, maire de Saint-Laurent

Au-delà de la préservation du patrimoine, le maire souhaite que les citoyens, et pas seulement les cégépiens, se réapproprient le quartier.

«Le deuxième objectif est de sensibiliser les citoyens à la richesse du cœur historique de Saint-Laurent et de le rendre accessible, notamment le patrimoine naturel», précise M. Paquet.

La firme mandatée devra d’ailleurs prendre en compte le volet paysager.

Des liens piétons et cyclables au sein de l’ensemble institutionnel font partie des projets de l’arrondissement.

Articles similaires