Sud-Ouest

Élégantes et puissantes: 3 femmes dans un milieu d’hommes

Codsi, Helena Loureiro et Sandrine Balthazard
De gauche à droite: Caroline Codsi, Helena Loureiro et Sandrine Balthazard. Photo: Courtoisie/Montage Métro

Rencontre avec trois entrepreneuses de Montréal qui prouvent via leur parcours que les femmes savent occuper fièrement la place qu’elles méritent, dans n’importe quel milieu professionnel. Métro dresse leurs portraits à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes ce 8 mars 2022.

«Je n’ai jamais senti de manque de respect de la part de mes équipes parce que j’étais une femme» affirme Helena Loureiro, cheffe propriétaire du Portus 360, restaurant gourmet dont la vue panoramique offre un 360 degrés dans le Vieux-Montréal. «Mais c’est vrai que malgré les avancées des dernières années, un homme chef a toujours beaucoup plus de crédibilité qu’une femme cheffe» regrette également Helena Loureiro, qui constate que le monde de la cuisine est encore un métier composé majoritairement d’hommes.

Au sein même de sa propre équipe, Helena Loureiro ne compte que 10% de femmes. «J’essaye de recruter plus de femmes, mais j’ai de la misère à trouver des candidates, et je trouve dommage qu’il n’y ait pas plus de femmes dans nos métiers» regrette la cheffe mère de famille, qui évoque aussi la difficulté de mener une double vie aux horaires compliqués.

Helena Loureiro, cheffe propriétaire du Portus 360.
Crédits: Gracieuseté.

Arrivée il y a plus de vingt ans de son Portugal natal, Helena Loureiro a constaté une plus grande facilité pour une femme de gravir les échelons au Québec qu’en Europe. «Mais trop souvent encore quand une femme hausse le ton, on va se demander si c’est parce qu’elle a ses règles, ou qu’elle a mal à la tête ?» évoque la cheffe, qui déplore que beaucoup de femmes s’obligent à faire des choix, et abandonnent leur carrière au profit de la famille.

«Alors qu’aujourd’hui il y a des solutions pour rendre les deux compatibles. Moi je me sens accomplie, comme cheffe et comme mère» conclue Helena Loureiro.

«Un élégant bulldozer dans le monde corporatif»

C’est par ces mots que Caroline Codsi résume son action initiée en 2010 avec la création entre le Sud-Ouest et Westmount de l’organisme La Gouvernance au Féminin, pour encourager les femmes à développer leur leadership, faire avancer leur carrière et accéder à davantage de rôles décisionnels.

Après avoir grandi en pleine guerre civile au Liban, Caroline Codsi et sa vision «très progressiste et égalitaire» du Canada ont posé leurs valises au Québec, où l’entrepreneure a finalement découvert que l’égalité hommes-femmes n’était pas présente dans toutes les sphères de la société.

«Trop souvent, j’étais la seule femme à la table des décisions. Je voulais que les femmes prennent conscience du rôle qu’elles doivent jouer dans leur propre carrière, et que les hommes réalisent qu’ils doivent aussi jouer leur rôle pour l’égalité des genres. Après tout, ce sont eux qui possèdent le pouvoir, l’argent, et l’influence» lâche Caroline Codsi  précisant que 95% des postes de PDG des 500 plus grosses entreprises du Canada sont occupés par des hommes.

Caroline Codsi, présidente et fondatrice de La Gouvernance au Féminin.
Crédits: Gracieuseté.

La femme d’affaires a donc initié un travail pour modifier les comportements au sein des entreprises, avec un programme de mentorat pour donner aux femmes la confiance nécessaire pour faire progresser leur carrière, des ateliers de formation en gouvernance, ou encore la création de la Certification Parité, qui fournit les outils nécessaires aux organismes pour analyser et combler l’écart entre les genres dans leurs rangs.

«En 2021 un nombre record d’organisations ont soumis leur candidature à la certification, et 10 d’entre elles ont obtenu la Certification ParitéTM niveau Platine» se félicite Caroline Codsi.

Un travail de lutte contre les barrières systémiques entrepris aussi à l’international, puisque des entreprises aux États-Unis ont déjà été certifiées, et que La Gouvernance au Féminin poursuivra également son action en France et en Angleterre d’ici 2023.

«Être reconnue autrement que par son genre»

«Mon sexe n’a jamais été un obstacle ou un frein dans ma volonté de réussir. Cela n’a même jamais fait partie de mes réflexions» affirme Sandrine Balthazard, qui a repris avec son frère l’agence familiale d’importation de vins Balthazard, et créé en 2017 dans Griffintown Le Parloir – caves privées. Un concept hybride de service d’entreposage de vin dans des celliers, espace de travail partagé et version modernisée de club privé avec des membres.

«Je voulais créer une communauté qui pouvait brasser des affaires ou socialiser autour d’une bouteille de vin» explique Sandrine Balthazard, dont le club qui compte aujourd’hui 500 membres ne dénombre que 20% de femmes. «Au début c’était 95% d’hommes. Tranquillement, on est en train de réduire l’écart, et j’espère changer la mentalité des «boys club» réservés à un monde masculin» confie la propriétaire selon qui il est «très valorisant que ce soit la femme qui puisse inviter des clients et offrir du vin, au lieu qu’elle se fasse offrir des choses.»

Sandrine Balthazard, présidente fondatrice Le Parloir-Caves privées.
Crédits: Gracieuseté.

«Je n’ai jamais senti de misogynie, de résistance de la part des hommes à devoir honorer les règles du club établies par une femme dirigeante. Mes membres sont même plutôt fiers de me présenter à leurs clients» affirme Sandrine Balthazard, pour qui «les femmes doivent davantage oser et ne pas attendre pour briser le plafond de verre et prendre leur place.»

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Sud-Ouest.

Articles récents du même sujet