Au chauffeur latino – autobus 67 – de soir

Toi qui avais toujours du monde qui faisait la file juste pour te parler… jeune ou vieux, homme ou femme, tout le monde voulait te parler. Tu avais toujours un sourire, une blague, tu attirais tout le monde par ton énergie et ton charme. Je ne te vois plus sur cette ligne depuis l’été passé… Sûrement, tu as changé de ligne. Je voulais tout simplement te dire qu’en ces temps pluvieux, tu aurais été un rayon de soleil et que ton absence se fait sentir.

ton admiratrice,