Au yin de mon yang

Mon coeur battait aussi vite que tes petits doigts agiles sur le cube Rubik
Quand j’ai vu tes yeux s’illuminer à la complétion de ton côté vert, mon coeur a fondu, et s’est ouvert
Manipule-moi comme ton jeu favori, avec ton doigté fantastique
Je me donne à toi, nouvelle flamme impromptue, qui réchauffe cet interminable hiver
Même quand tu es loin de moi, je ressens ta présence magique
Que faire de plus face à cette pulsion incontrôlable qui bouscule mon univers?
Je t’écris, à la quête d’une connexion avec toi, qui serait fantasmagorique.
Telle une muse, tu occupes toutes mes pensées de verre
Ma vie sans toi n’a plus de sens, c’est si tragique
Sauras-tu être charmé et m’écrire, à la lecture de ces vers?
Quelle est ma raison d’être si je ne puis te voir qu’en public
Ces mots sont mes dernières paroles, sans toi je me perds

Yang,