Ode à la robe grise

À la belle femme que j’ai croisé ce matin dans le métro, ligne orange direction Côte-Vertu. Tu avais les cheveux bruns foncés et portais une robe moulante grise qui descendait jusqu’à tes chevilles. Tes beaux yeux se sont figés pour un instant en ma direction et j’ai senti une légère gêne monter en moi. Je me suis assis et tu t’es assis à ton tour à côté de moi. Tu as sorti un livre et j’étais si concentré à trouver quoi te dire avant mon arrêt que je l’ai presque manqué (Square Victoria). Tu as légèrement ris et c’était mignon, mais j’ai pas eu le tact de répondre à ce beau rire en sortant. Comme une bouteille jettée à la mer, je n’ai aucun espoir que tu croises ce message mais sait-on jamais. Dans tout les cas tu étais si belle que ca faite ma journée de te croiser pour un instant.

Anon85,