Pour Philippe

Bonjour! Ma petite-fille m’a fait lire un message dans ce journal me décrivant et j’ai trouvé ça plutôt drôle. Je dois vous avouez que je ne sais à quoi vous ressemblez, mais même à 77 ans, je suis toujours ouverte à l’aventure! Mon mari est mort en 2003. J’aimerais bien que vous vous décriviez un peu, car je ne me dévoile pas à n’importe qui. Avec les années, on apprend, et j’ai appris bien d’autre chose que de faire de bonne tourtière… Une dernière chose, monsieur P: ne détestez pas les enfants, il n’y sont pour rien. Ce sont les parents d’aujourd’hui qui sont trop mou. Moi j’ai été élevé dans le faubourg à mélasses et la vie était plus dur. Nos parents n’avaient pas le temps de niaiser. À 8 ans, j’étais autonome. Bref, si vous me semblez intéressant, nous pourrons voir si vous vous occupez bien de mes jambes.

Margot,