Monde

Retrait des mandats d’arrêt internationaux contre Puigdemont et d’autres dirigeants catalans

Retrait des mandats d’arrêt internationaux contre Puigdemont et d’autres dirigeants catalans
Photo: APFILE - In this Jan. 12, 2018 file photo ousted Catalan leader Carles Puigdemont, center, stands with elected Catalan lawmakers of his Together for Catalonia party at a park in Brussels. A German court ruled Thursday, April 5, 2018 that Carles Puigdemont can be released on bail pending a decision on his extradition to Spain, ruling that the most serious charge against him isn’t punishable under German law. (AP Photo/Virginia Mayo, file)

Le juge espagnol chargé de l’enquête sur la tentative de sécession de la Catalogne en octobre dernier a retiré jeudi les mandats d’arrêt européens et internationaux contre l’ex-président catalan Carles Puigdemont et cinq autres dirigeants indépendantistes ayant fui à l’étranger.

Concrètement, Carles Puigdemont, qui est actuellement en Allemagne, et ces autres dirigeants catalans – dont quatre membres de l’exécutif, Toni Comín, Lluís Puig et Meritxell Serret, qui se sont exilés en Belgique, et Clara Ponsati, qui vit en Ecosse – sont donc désormais libres de se déplacer à l’étranger sans courir le risque d’être arrêtés et extradés.

Ils seraient en revanche incarcérés s’ils revenaient en Espagne où le mandat d’arrêt est toujours en cours.

Ce retrait intervient après la décision, il y a une semaine, de la justice allemande de n’autoriser l’extradition de M. Puigdemont vers l’Espagne que pour le chef d’inculpation de malversation et non pour rébellion, un délit passible de 25 ans de réclusion.

Dans son arrêt rendu public jeudi, le juge Pablo Llarena dit refuser l’extradition de l’ex-président catalan pour ce seul chef de malversation.

L’incertitude demeure toutefois sur la suite de la procédure, le juge Llarena ayant déjà retiré un premier mandat d’arrêt international contre ces indépendantistes en décembre avant de le réactiver fin mars.

«Si nous accueillons positivement cette annonce, nous devons aussi rester prudents jusqu’à ce que le gouvernement espagnol nous garantisse que c’est la fin de l’affaire», a d’ailleurs réagi Aamer Anwar, l’avocat de Clara Ponsati.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *