Monde

Venezuela: enquête ouverte contre Guaido pour financement illicite 

Venezuela: enquête ouverte contre Guaido pour financement illicite 
Photo: AFPJuan Guaido. Photo: Federico Parra/AFP

Une enquête administrative pour financement illicite, notamment international, a été ouverte lundi au Venezuela à l’encontre de l’opposant Juan Guaido, reconnu comme président par intérim, ou soutenu, par une cinquantaine de pays.

Le président du Parlement est soupçonné d’avoir «reçu de l’argent provenant d’instances internationales et nationales sans aucune sorte de justification», a déclaré Elvis Amoroso, à la tête du Bureau du contrôleur financier en charge de l’enquête.

Le chef de file de l’opposition est également soupçonné d’avoir «dissimulé ou falsifié des éléments dans sa déclaration de patrimoine», a ajouté le fonctionnaire, un fidèle au pouvoir chaviste.

Au Venezuela, le Bureau du contrôleur financier supervise la conduite des fonctionnaires de l’État et a le pouvoir de leur infliger des amendes ou de les rendre inaptes à exercer une fonction publique.

Selon Elvis Amoroso, les investigations contre Juan Guaido ont été lancées après plusieurs plaintes reçues par l’organisme, dont l’origine n’a pas été précisée.

«La Constitution (…) établit que les députés de l’Assemblée nationale sont des députés à plein temps, ne pouvant recevoir aucune rémunération pour d’autres emplois publics ou privés», a déclaré le fonctionnaire, sans donner plus de détails.

Si l’une des irrégularités présumées de Juan Guaido constitue un délit, le Bureau du contrôleur peut transmettre le dossier au parquet général pour l’ouverture d’une enquête pénale, a expliqué un avocat à l’AFP.

Depuis plusieurs jours, l’opposant s’attache à organiser et gérer l’arrivée d’une aide humanitaire internationale, en particulier de la nourriture et des médicaments qui font cruellement défaut dans le pays pétrolier frappé par la plus grave crise économique de son histoire récente.

Une première cargaison, envoyée par les États-Unis, est stockée depuis jeudi dans la ville frontalière de Cucuta, en Colombie. Le chef de l’État vénézuélien, Nicolas Maduro, refuse son entrée dans le pays, considérant qu’il s’agit d’un prélude à une intervention militaire américaine.

Le 29 janvier, la Cour suprême, acquise au pouvoir, a interdit à Juan Guaido de sortir du pays et a ordonné le gel de ses comptes bancaires, dans le cadre d’une enquête pour «usurpation» des fonctions du chef de l’État.

Juan Guaido s’est proclamé président par intérim le 23 janvier, après que le Parlement a déclaré Nicolas Maduro «usurpateur» en raison de sa réélection considérée comme frauduleuse par l’opposition et une grande partie de la communauté internationale.

Nicolas Maduro accuse le chef de file de l’opposition d’être un «pantin» des États-Unis qu’il accuse de vouloir s’accaparer les réserves de pétrole du pays, les plus importantes au monde.