Monde
13:58 18 avril 2020 | mise à jour le: 18 avril 2020 à 16:15 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: manifestation contre le confinement dans le New Hampshire

Coronavirus: manifestation contre le confinement dans le New Hampshire
Photo: Drew Angerer/Getty ImagesManifestation à Annapolis, au Maryland le 18 avril

Plusieurs centaines de personnes ont pris part à une manifestation samedi devant le Parlement de l’État du New Hampshire pour dénoncer les mesures de confinement face au coronavirus, que beaucoup trouvent excessives face au nombre de cas relativement peu élevé dans cet État de Nouvelle-Angleterre.

Quelque 200 personnes s’étaient rassemblées à la mi-journée devant le Parlement de la ville de Concord, sous une pluie froide, et d’autres participaient à la manifestation depuis leur voiture, a constaté un photographe de l’AFP.

«Les chiffres mentent», ou «Rouvrez le N.H.», disaient certaines pancartes brandies par les manifestants, qui demandent que cet État de 1,3 million d’habitants mettent fin plus tôt que prévu au décret de confinement en place jusqu’au 4 mai.

D’autres reprenaient le slogan de cet État, «Live free or die» («Vivre libre ou mourir»), au milieu de drapeaux américains.

Des hommes en cagoules prenaient part à la manifestation contre les mesures de confinement, selon l’AFP

«Les gens sont tout à fait prêts à faire ce qu’il faut», mais «les chiffres ne justifient pas les mesures de confinement draconiennes que nous avons dans le New Hampshire», a indiqué par téléphone à l’AFP l’un des manifestants, Skip Murphy, 63 ans.

Seule la partie sud-est de cet État, la plus proche de la grande zone urbaine de Boston, a un taux d’infection élevé, tandis que le reste de l’État, moins touché, ne devrait pas subir les mêmes restrictions, selon lui.

Le New Hampshire avait recensé vendredi matin 1287 cas confirmés et 37 morts du coronavirus.

«Les gens commencent à se demander “Ça fait un moment qu’on fait ça (le confinement), on a renoncé à ce que nous considérons comme des libertés essentielles”», dit Skip Murphy. «C’est pour ça qu’on voit maintenant, dans tout le pays, des gens qui disent, “On fera ce qu’on doit faire, mais en même temps, on est censé être dans un pays libre”. Quand ce principe est transgressé, les gens disent, “Attendez, il y a quelque chose qui ne va pas”.»

De telles manifestations contre le confinement se sont multipliées ces derniers jours aux États-Unis, semblant être encouragées par le président Donald Trump dans certains États. Ce dernier a appelé vendredi dans une série de tweets à «libérer» trois États – – Michigan, Minnesota, Virginie, dont les gouverneurs sont démocrates.

La plus importante manifestation à ce jour a eu lieu mercredi, à Lansing, la capitale du Michigan, où quelque 3000 personnes ont manifesté contre les mesures de confinement de la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer.

D’autres manifestations étaient prévues samedi, notamment à Austin, au Texas, ou à Annapolis, dans le Maryland.

Lui-même électeur de Donald Trump, Skip Murphy a assuré que ses motivations n’étaient pas partisanes, soulignant que le gouverneur du New Hampshire, Chris Sununu, était Républicain.


Tout ce que vous devez savoir sur le coronavirus: abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir tous les soirs, les nouvelles les plus importantes de la journée sur le sujet.

Articles similaires