Monde
09:08 17 avril 2020 | mise à jour le: 17 avril 2020 à 09:40 temps de lecture: 5 minutes

Coronavirus: le bilan bondit de 40% en Chine, Pékin nie la dissimulation

Coronavirus: le bilan bondit de 40% en Chine, Pékin nie la dissimulation
Photo: Noel Celis - Pool/ Getty ImagesLe président chinois, Xi Jinping

Un nombre de morts qui s’alourdit brutalement de près de 40%: le bilan du coronavirus de la Chine compte depuis vendredi près de 1300 décès supplémentaires, alors même que les critiques s’accumulent à Paris, Londres et Washington envers la gestion de l’épidémie par Pékin.

«Il n’y a jamais eu aucune dissimulation et nous n’autoriserons jamais aucune dissimulation», a assuré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

La ville de Wuhan (centre de la Chine), où le coronavirus est apparu fin 2019, a révisé à la hausse son bilan total du nombre des victimes de la COVID-19, annonçant 1290 décès supplémentaires.

Ce nouveau décompte porte à 4632 le bilan des décès enregistrés dans le pays le plus peuplé du monde, trois mois après l’annonce d’un premier mort du coronavirus le 11 janvier.

Dans un communiqué, Wuhan, mise en quarantaine de fin janvier à début avril, a expliqué qu’au plus fort de l’épidémie, certains patients étaient décédés chez eux faute de pouvoir être pris en charge par les hôpitaux.

Ils n’avaient donc pas été comptabilisés jusqu’à présent dans les statistiques officielles, qui ne prennent en compte que les personnes décédées à l’hôpital.

Commentant ces chiffres et les doutes venus de l’étranger quant à la maîtrise de l’épidémie sur le sol chinois, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a reconnu «des retards, des omissions et des imprécisions» dans l’enregistrement des décès. Mais il a démenti toute «dissimulation» de la part de Pékin.

«Questions difficiles» sur le bilan du coronavirus en Chine

Le pouvoir chinois affirme avoir largement endigué l’épidémie mais, à l’étranger, de nombreuses voix mettent en doute le bilan des autorités.

Le président français Emmanuel Macron a ainsi estimé jeudi qu’il existait des zones d’ombre dans la gestion de l’épidémie par la Chine, déclarant au quotidien Financial Times qu’il y avait «manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas».

Le Royaume-Uni, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Dominic Raab, a averti Pékin qu’il devrait répondre à des «questions difficiles sur l’apparition du virus, et pourquoi il n’a pas été stoppé plus tôt».

L’administration américaine accuse de son côté depuis des semaines le régime communiste d’avoir «dissimulé» la gravité de l’épidémie.

Transparence totale

La révision annoncée vendredi reste très en-deçà de certaines estimations qui circulent en Occident, relève le sinologue Jean-Pierre Cabestan, de l’Université baptiste de Hong Kong.

Elle ne suffira pas «à juguler les doutes dans le reste du monde à l’égard des chiffres chinois», ajoute-t-il, notant que le bilan affiché par Pékin est largement inférieur à celui des pays européens, pourtant beaucoup moins peuplés.

Si Wuhan et sa province, le Hubei, ont été placées en quarantaine à partir du 23 janvier, des milliers de personnes potentiellement contaminées ont pu se répandre dans le reste du pays avant cette date, souligne le sinologue.

Quant à l’armée, largement mobilisée à Wuhan pour combattre le virus, elle ne compte officiellement aucun cas de contamination dans ses rangs, s’étonne-t-il.

En relevant le bilan, le régime cherche «à projeter une image de transparence totale», relève le sinologue Willy Lam, de l’Université chinoise de Hong Kong. Mais la totalisation pourrait s’envoler si toutes les provinces révisent à leur tour leurs bilans, prévoit-il.

Dents de scie

Avec un système politique qui pousse à cacher les mauvaises nouvelles, les autorités locales ont dans un premier temps tenté d’étouffer l’information.

Des médecins qui avaient alerté leur entourage ont été convoqués par la police. L’un d’entre eux, le docteur Li Wenliang, décédé de la COVID-19 début février, fait désormais figure de héros national.

La comptabilisation des cas de contamination a depuis évolué en dents de scie. Mi-février, elle a brusquement augmenté de 15 000, lorsque les autorités du Hubei ont décidé d’inclure les malades dépistés «cliniquement», par exemple via une radio des poumons.

Mais ces patients ont finalement été retirés des statistiques à la fin du même mois.

Plus récemment, le ministère de la Santé a commencé à dénombrer les porteurs asymptomatiques du virus, à savoir ceux qui sont contaminés sans être malades.

Sur les réseaux sociaux, la plupart des commentateurs saluaient la révision des statistiques, avec parfois une pointe d’insolence en direction du pouvoir: «on dirait que vous ressentez la pression de l’étranger, non? Pas facile d’embrouiller tout le monde avec cette épidémie… Il vaudrait mieux être honnête».


Tout ce que vous devez savoir sur le coronavirus: abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir tous les soirs, les nouvelles les plus importantes de la journée sur le sujet.

Articles similaires