Monde

Sanders donne du fil à retordre à Clinton

DURHAM, NH - FEBRUARY 04: Democratic presidential candidate former Secretary of State Hillary Clinton and U.S. Sen. Bernie Sanders (I-VT) shake hands at the start of their MSNBC Democratic Candidates Debate at the University of New Hampshire on February 4, 2016 in Durham, New Hampshire. This is the final debate for the Democratic candidates before the New Hampshire primaries.Ê (Photo by Joe Raedle/Getty Images) Photo: Getty Images

Le tête à tête entre Hillary Clinton et Bernie Sanders n’avait rien de romantique, hier soir, lors du débat organisé par MSNBC.

Quatre jours après avoir fait match nul dans l’Iowa, les deux candidats à l’investiture démocrate ont en effet jeté les gants à l’approche des primaires du New Hampshire.

Le sénateur du Vermont semblait galvanisé par sa performance de lundi dernier  dans l’Iowa, poussant d’entrée de jeu l’ancienne secrétaire d’État dans ses retranchements en l’accusant d’être trop intime avec Wall Street.

«Si vous avez quelque chose à dire, dites-le directement. Mais vous ne trouverez jamais une situation où un de mes votes a changé en raison d’une contribution», s’est défendu Mme Clinton, visiblement énervée par les insinuations de son adversaire.

«Certains pourraient croire que cela a eu une influence», a rétorqué avec sarcasme l’homme de 74 ans, s’attirant les applaudissements de la foule.

Souvent sur la défensive, Mme Clinton a sans cesse plaidé en faveur de ses accomplissements passés – «Je me suis tenue debout, j’ai lutté et j’ai les cicatrices pour le prouver», a-t-elle lancé à un moment, excédée. Mais devant un adversaire qui survolte ses partisans en promettant à la classe moyenne américaine de lui redonner les rênes du pays, l’ancienne première dame semblait peiner à rallier la foule. Le couronnement de Mme Clinton, donné comme certain il y a six mois, ne paraissait plus si acquis hier soir. La «Bern», la fameuse tendance progressiste que représente M. Sanders pour ses partisans, ne semblait décidément pas en voie de s’essouffler, hier soir.

«Regardez ce que j’ai fait! Regardez ce que je veux faire!» -Hillary Rodham Clinton, mettant son bilan de l’avant pour contrer les attaques de son adversaire à propos de ses liens avec la finance.

«Oui, la secrétaire Clinton représente l’establishment. Je représente, j’espère, les Américains ordinaires.» -Bernie Sanders, sénateur du Vermont

Articles récents du même sujet