Sports

Le match Chargers-Ravens a des airs de déjà-vu

Los Angeles Chargers wide receiver Mike Williams reacts after making a catch for a first down in the second half of an NFL wild card playoff football game against the Baltimore Ravens, Sunday, Jan. 6, 2019, in Baltimore. (AP Photo/Gail Burton) Photo: The Associated Press

BALTIMORE — Les Ravens de Baltimore n’ont pas accueilli d’adversaires sur leur pelouse depuis six ans, et en conséquence il faudra pardonner au garde étoile Marshal Yanda d’avoir oublié le protocole pour la distribution de billets aux proches.

«Quelqu’un m’a demandé si nous recevions des billets pendant les éliminatoires, et je ne m’en souvenais pas, a-t-il admis cette semaine. J’ai dit: ‘euh, ça fait un petit bout de temps’.»

La dernière fois que les Ravens ont reçu des adversaires à leur domicile, c’était en 2012, alors que le secondeur Ray Lewis et le quart-arrière Joe Flacco avaient orchestré une victoire de 24-8 contre les Colts d’Indianapolis pour lancer un parcours improbable vers le Super Bowl.

Lewis est maintenant au Temple de la renommée et Flacco agira à titre de spectateur, tandis que la recrue Lamar Jackson et les Ravens (10-6) affronteront les Chargers (12-4) de Los Angeles en éliminatoires dimanche.

Il s’agira alors d’une reprise du match crucial présenté il y a deux semaines, alors que les Ravens s’étaient emparés du titre de la section nord de l’Américaine en vertu de leur victoire de 22-10 contre les Chargers, qui sont devenus la sixième tête de série dans leur association. La défensive étanche des Ravens avait limité le quart des Chargers Philip Rivers à seulement 181 verges de gains, et deux interceptions.

«Nous sommes conscients qu’ils apporteront des ajustements, et qu’ils seront beaucoup plus intenses, parce qu’ils se souviennent de ce match-là, a confié le demi de sûreté des Ravens Eric Weddle, qui a joué pendant neuf ans avec les Chargers avant d’accepter une entente à titre de joueur autonome des Ravens en 2016.

Le plan de match est important, mais limiter les erreurs est encore plus crucial.

«Tout le monde sait ce qu’il doit faire, a déclaré l’entraîneur-chef des Chargers Anthony Lynn. Le résultat du match dépendra plutôt de l’équipe qui aura la meilleure exécution.»

Si l’expérience entre en ligne de compte, alors les Chargers seront avantagés. Rivers, qui est âgé de 37 ans, évolue dans la NFL depuis 2004 et a disputé neuf matchs éliminatoires.

Jackson, qui jouait pour l’Université Louisville il y a seulement un an, est partant dans la NFL depuis deux mois seulement. Le joueur âgé de 21 ans sera le plus jeune quart à prendre part à un match éliminatoire dans l’histoire de la ligue.

Les Ravens ont cependant une fiche de 6-1 lorsque Jackson est le quart partant, et sa capacité à courir avec le ballon a transformé l’attaque du club du Maryland.

«Rien ne peut remplacer l’expérience», a commenté le coordonnateur offensif des Ravens Marty Mornhinweg, avant d’ajouter: «Mais parfois, tout dépend de la qualité des expériences. Ce jeune homme, il faut regarder tout ce qu’il a accompli — il est très mature pour son âge. Et il est très confiant.»

Articles récents du même sujet