Sports

Rêver éveillé

Rêver éveillé
Photo: GettyMANCHESTER, ENGLAND - OCTOBER 26: Didier Drogba of Chelsea salutes the fans at the end of the Barclays Premier League match between Manchester United and Chelsea at Old Trafford on October 26, 2014 in Manchester, England. (Photo by Laurence Griffiths/Getty Images)

Le 1er avril 2014, question de jouer un tour aux lecteurs de mon blogue Le Footeur, j’avais préparé un montage de Didier Drogba dans un maillot de l’Impact.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Certains étaient incrédules, d’autres étaient carrément fâchés que l’on joue ainsi avec leurs émotions, mais une constante transparaissait: tous avaient envie d’y croire, même si ça semblait si lointain. Si inconcevable.

Pourquoi donc avoir choisi Drogba pour ce poisson d’avril, alors que la panoplie de footballeurs de renommée mondiale qui font saliver les amateurs de la MLS à Mont­réal est plus que vaste? Tout simplement parce qu’aucun autre n’a le potentiel de faire rêver un marché aussi particulier que le nôtre et de le rallier autour d’un sport, d’un club, d’une passion commune.

Didier Drogba à Montréal c’est beaucoup plus que des buts et des produits dérivés vendus. C’est avant tout la fierté d’avoir parmi nous, et de voir porter le maillot fleurdelysé, un emblème de la paix à l’échelle planétaire. Un homme qui a choisi de mettre sa renommée à contribution pour une cause plus noble que la vente du soulier dernier cri. Un footballeur qui, en 2007, a humblement défié le despote de sa Côte d’Ivoire natale, Laurent Gbagbo, dans ce qui allait s’avérer un premier et énorme pas vers l’unification d’un pays déchiré par la guerre civile [NDLA: voir le documentaire Les rebelles du foot].

«Si j’avais à choisir un joueur avec qui faire la guerre, je prendrais Didier.» – José Mourinho, ancien entraîneur de Didier Drogba à Chelsea

Didier Drogba à Montréal, c’est le bonheur rarissime de pouvoir vivre une de ces grandes pages d’histoire que trop peu d’athlètes peuvent se permettre d’écrire. En termes de valeur sociale, on peut compter sur une seule main les Maurice Richard, Jean Béliveau et Jackie Robinson de ce monde qui l’ont fait.

Ceci dit, lorsqu’on parle du retentissement global dont bénéficiera la métropole lors de son séjour, Drogba est, pour le moment, bien seul dans sa catégorie. La réception à laquelle il aura droit ce soir à son arrivée à Dorval en dira d’ailleurs long à ce sujet.