Actualités

Fin du Bibliobus: un accès aux livres plus complexe

Fin du Bibliobus: un accès aux livres plus complexe
Photo: Stéphanie Maunay/TC Media

Rosemont–La Petite-Patrie possède trois bibliothèques publiques, mais aucune n’est située dans le district de Marie-Victorin, à l’est de l’arrondissement. Avec deux arrêts dans ce secteur, le Bibliobus venait pallier le manque d’infrastructures, principalement dans des zones scolaires éloignées des bibliothèques. Cependant, le service prendra fin en janvier prochain.

Déborah Da Silvia arpente régulièrement les allées du Bibliobus avec ses deux enfants, Lucas et Justin, âgés de six et neuf ans. «On va à la bibliothèque quelques fins de semaine, mais ce n’est pas toujours évident. On est tous occupé et au moins avec le Bibliobus, les livres viennent à nous», explique-t-elle.

Elle n’est pas la seule dans ce cas. «On ne va pas souvent à la bibliothèque. C’est un peu loin», indique Ange, mère de deux enfants.

Les trois édifices publics se trouvent à l’ouest du boulevard Saint-Michel. Avec deux arrêts dans l’est de Rosemont, le Bibliobus venait combler le manque d’offre de services dans le secteur.

D’autres accès à la lecture
Le maire de l’arrondissement, François Croteau, dit «déplorer tout autant que les citoyens l’abolition de ce service». «Nous aurions souhaité ne pas l’abolir», plaide-t-il.

Cependant, il estime qu’il n’y a pas de perte puisque l’arrondissement a fait des efforts pour offrir un meilleur accès à la culture à ses citoyens. «On peut justifier le fait qu’avec la nouvelle bibliothèque Marc-Favreau, nous sommes venus combler un manque.»

Des impacts sur les écoles?
L’école Saint-Albert-Le-Grand ne possède plus de bibliothèque. Comme plusieurs établissements victimes de surpopulation, le local a été transformé en salle de classe. L’école se trouvant loin des bibliothèques municipales, les enseignants devront trouver d’autres solutions pour favoriser la lecture à l’école.

Même s’il déplore l’arrêt du service, le commissaire scolaire de Rosemont, Jean-Denis Dufort, ne pense pas que cela mette en péril l’accès aux livres. «Les directions d’écoles vont peut-être en profiter pour réorganiser leurs sorties dans les bibliothèques. Les parents doivent également jouer un rôle dans l’accès à la lecture. Ils ont une responsabilité», fait-il valoir.

M. Dufort admet qu’il manque des infrastructures à l’est de Rosemont. «Nous sommes toujours en discussion dans le dossier du centre Alphonse-Desjardins. Je sais que l’arrondissement souhaite y faire une nouvelle bibliothèque», mentionne-t-il.

Pour le moment, aucune offre d’achat n’aurait été faite entre la Ville-centre et la Commission scolaire de Montréal. Le dossier reste en attente.