Actualités
18:29 18 août 2015

Un nouveau skatepark en 2016 au parc Père-Marquette

Un nouveau skatepark en 2016 au parc Père-Marquette
Photo: TC Media Archives

Après des mois d’immobilisme, le dossier des skateparks connaît une nette avancée dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Le maire, François Croteau promet un nouvel aménagement pour les skateurs en 2016 et invite les citoyens à jouer les designers par l’entremise d’un sondage en ligne.

«Nous avons invité les utilisateurs à rêver, indique M. Croteau. Nous voulons faire un skatepark qui répondra à leurs besoins.»

Pour se faire, l’arrondissement a demandé au comité des utilisateurs de mettre sur pied un dossier et un sondage permettant de recueillir le point de vue des citoyens.

En 48 heures, près de 400 personnes avaient déjà donné leur vision pour le nouvel aménagement.

À travers six questions, un profil d’utilisateur pourra être dressé. Parmi elles, on trouve la possibilité de choisir les modules que l’on souhaiterait voir dans le prochain skatepark, soient des rails courbées, inclinées, des mini-rampes ou encore des bosses de chameau. À la fin du questionnaire, une case «commentaires» donne une dernière chance pour s’exprimer davantage.

«Nous voulons des installations en béton. Nous aimerions avoir notre mot sur les plans et voir le suivi de la réalisation. C’est pour cela que nous voulons qu’il soit conçu par de véritables designers de skateparks», avance Raymond Deblois, membre du comité des utilisateurs.

Le maire Croteau semble partager l’envie des utilisateurs. «Notre volonté est de les intégrer à chaque étape du projet», assure-t-il.

Le site Père-Marquette choisi
M. Croteau indique que le lieu a déjà été ciblé. Il s’agira de l’actuel site du parc Père-Marquette.

«Notre objectif est de le refaire, car il est devenu désuet et ne répond plus aux besoins des utilisateurs», avance l’élu.

«On a effectivement parlé de refaire celui de Père-Marquette. On pourrait aussi laisser celui-là pour en réaliser un troisième et avoir un vrai site pour la pratique», lance M. Deblois.

Une somme de 500 000$ a été inscrite au Plan triennal d’immobilisation. «Si l’on veut faire quelque chose de beau et de bien, cela ne suffira pas», note M. Deblois.

«C’est une somme préliminaire qui peut facilement atteindre le million», affirme M. Croteau.

L’arrondissement et le comité se sont rencontrés au début du mois d’août et une nouvelle réunion est prévue le 3 septembre.