Actualités
03:00 27 février 2019 | mise à jour le: 27 février 2019 à 07:20 temps de lecture: 4 minutes

Un moratoire demandé pour stopper les projets immobiliers dans le quartier chinois

Un moratoire demandé pour stopper les projets immobiliers dans le quartier chinois
Photo: Archives Métro

Un moratoire est demandé pour stopper tous les projets immobiliers dans le quartier chinois. Une pétition circule sur le web pour réclamer un plan de développement afin de «préserver et protéger» la valeur historique de ce secteur de l’arrondissement de Ville-Marie.

«Il y a des projets de condos qui sont en train de se construire et qui vont profondément changer le quartier, a expliqué mardi à Métro l’avocate May Chiu, qui fait partie des instigateurs de la pétition. Au coin de Viger et de Saint-Laurent, il y a un gros gratte-ciel en préparation. Si cet immeuble est construit, même une consultation publique qui se positionne contre le développement massif ne pourra l’arrêter. Ce sera trop tard.»

Les initiateurs de la pétition, présentés comme étant les «Chinois progressistes du Québec», demandent qu’une consultation publique soit organisée au plus vite sur le développement du quadrilatère bordé par l’avenue Viger, la rue Saint-Urbain et les boulevards Saint-Laurent et René-Lévesque, où résident depuis le XIXe siècle des membres de la communauté chinoise montréalaise.

Dans le texte de présentation de la pétition, les Chinois progressistes du Québec rappellent que le quartier chinois a subi des expropriations importantes dans les années 1960 et 1970 pour permettre l’érection de bâtiments gouvernementaux, tels que le siège social d’Hydro-Québec ou le Complexe Guy-Favreau.

Ils accusent les autorités d’avoir adopté «une législation discriminatoire», qui empêche depuis 1985 le développement des commerces de la communauté chinoise sur la rue de la Gauchetière, à l’est du boulevard Saint-Laurent. «Ça fait en sorte que c’est aussi plus difficile de développer le quartier», a observé l’avocate.

«La négligence de la surveillance gouvernementale et la mauvaise gestion interne ont entraîné la perte du Centre culturel chinois [en septembre 2018]», soulignent également les instigateurs de la pétition. Ils notent par ailleurs «le rôle central [du quartier chinois] dans l’accueil des nouveaux arrivants» et d’aînés pour des services de base, notamment.

«On ignore comment la Ville va protéger le patrimoine, a dit Me Chiu. Il faut pourtant s’assurer que les installations physiques dans le secteur rendent compte des besoins de la communauté.» Elle dit avoir lancé la pétition pour montrer à la Ville «que plusieurs personnes nous soutiennent dans ce combat».

La Ville ouverte à discuter
Appelée à réagir, l’administration de la mairesse Valérie Plante a indiqué être «ouverte à discuter» avec la communauté chinoise, mais elle entretient des réserves sur leurs revendications, notamment en ce qui a trait au moratoire.

«La pétition signale qu’il n’y a pas de vision gouvernementale et demande un moratoire sur le développement de tout projet. De notre côté, on n’est pas du tout dans cette optique-là», a fait savoir l’élu responsable du développement économique, Robert Beaudry, en entrevue à Métro. Malgré tout, l’élu municipal assure avoir fait son bout de chemin dans ce dossier. «Depuis le début de l’année, je tiens plusieurs rencontres avec des membres de cette communauté pour en prendre le pouls et savoir ce qui se passe», a-t-il dit.

«Ce qu’on souhaite, c’est consulter les organismes, les familles, les groupes communautaires et économiques pour voir quels projets on peut mettre en place rapidement. Sur la transformation de la rue Clark par exemple, ou sur les aménagements urbains, on veut collaborer.» -Robert Beaudry, responsable du développement économique au comité exécutif.

Robert Beaudry, qui s’est dit surpris de la mise en ligne de la pétition, doit rencontrer Me May Chiu le 1er avril prochain. «Je comprends que la volonté derrière, c’est de mobiliser les gens, mais on avait déjà proposé un rendez-vous plus tôt avec mes équipes, et ça n’a pas été accepté. C’est toujours mieux de se rencontrer avant», a-t-il précisé.

Articles similaires